En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsStar AcademyPermis de conduire Accueil Actualités Fil info Actus en direct

Kraainem: la comparution des suspects devant la chambre du conseil reportée

Les deux hommes placés sous mandat d’arrêt vendredi dernier dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Magali W. (46 ans) et de sa fille de 17 ans Coline, le 24 mars à Kraainem, ont comparu mardi devant la chambre du conseil de Bruxelles.

Leurs avocats ont demandé un report d’audience. L’affaire sera examinée le 13 septembre prochain.

Les deux suspects sont Pierre D., l’ex-concubin et beau-père des deux victimes, et B.N., un homme de 39 ans de nationalité congolaise originaire de Bruxelles, qui est soupçonné d’avoir tué les victimes sur ordre de Pierre D.

de videos

Le parquet de Hal-Vilvorde fait savoir ce mardi que l'enquête a permis d'identifier un présumé intermédiaire, un individu de 36 ans originaire de Libin, qui aurait mis en contact le commanditaire et l'exécutant du double féminicide de Crainhem ; un nouveau et troisième suspect qui a été placé comme les deux autres sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction en charge de l'affaire.

Les corps sans vie de Magali W. et de Coline ont été découverts le 24 mars à Kraainem, dans le logement qu’elles partageaient avec Pierre D. La relation que celui-ci entretenait avec Magali W. depuis plusieurs années avait pris fin.

C’est Pierre D., lui-même, qui a alerté les secours le soir des faits lorsqu’il a découvert une mare de sang dans le hall d’entrée du domicile. Ceux-ci ont découvert les corps inanimés des deux victimes qui avaient succombé à plusieurs coups de couteau. Le véhicule de Magali W. ainsi que les téléphones portables des deux victimes avaient disparu. Malgré cela, rien ne laissait supposer qu’il s’agissait d’un cambriolage, avait précisé le parquet.

Après la découverte du double assassinat, Pierre D. a directement été suspecté et interpellé. Celui-ci a nié les faits et déclaré avoir passé la nuit chez un ami à Etterbeek. L’ami en question a confirmé sa présence lors de deux interrogatoires.

La chambre des mises en accusation a libéré Pierre D. le 5 mai, bien qu’elle disposait d’indices pouvant l’incriminer, mais ceux-ci n’étaient pas suffisamment sérieux pour justifier une détention provisoire.

L’avocat de D. s’est refusé à tout commentaire sur le dossier jusqu’ici. Quant à l’avocat de B.N., il nie l’implication de son client.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en Fil info

Voir plus d'articles