Elizabeth II, icône de la pop culture: toutes ces fois où la reine est apparue à l’écran (vidéos)

Copy of Copy of Copy of Copy of Copy of Copy of Copy of Copy of Untitled Design

En sept décennies, celle qui fut parfois raillée pour ses tenues est devenue une véritable icône dont le cinéma et la télévision, notamment, semblent ne pas avoir pu se passer. Il faut dire qu’elle était devenue au fil des décennies une des silhouettes les plus identifiables au monde. Un chapeau comme seule elle en a le secret, une robe ou une veste aux couleurs chamarrées, un sac à main, et le tour est joué !

On l’a bien sûr retrouvée parodiée dans des films hilarants comme « Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? » ou « Austin Power » (sans oublier le nanardesque « Bons baisers de Hong-Kong », avec les Charlots en 1975). Les Simpson aussi s’en sont donné à cœur joie, puisqu’elle apparaît dans pas moins de six épisodes de la série animée !

Mais Elisabeth n’a pas seulement fait rire. Elle a ensuite retrouvé ses lettres de noblesse grâce à l’interprétation de Helen Mirren dans « The Queen », qui relate les jours qui avaient suivi le décès de Diana. Et puis, il y a bien sûr « The Crown », la série phare de Netflix, où elle a déjà été interprétée par Claire Foy et Olivia Colman, avant de la découvrir dans la saison 5 (attendue début novembre) sous les traits d’Imelda Staunton. Une série qui, en dévoilant les sacrifices qu’a dû consentir Elisabeth pour sa fonction, rendra le personnage plus attachant auprès d’une partie du public, même si elle fait preuve aussi d’une certaine froideur qu’impose la couronne.

A cela, on peut ajouter les apparitions auxquelles elle s’est elle-même prêtée, notamment lors des Jeux olympiques de Londres, lorsqu’elle saute en parachute avec Daniel Craig, alias James Bond. Bien sûr, elle est doublée pour la cascade finale, mais joue réellement son rôle pour toute la partie tournée à Buckingham. «  Je me souviens de sa joie innocente après la cérémonie d’ouverture, lorsque je lui ai dit qu’un dirigeant d’un pays ami du Moyen-Orient semblait réellement croire qu’elle avait sauté d’un hélicoptère en robe rose et atterri en parachute dans le stade », se rappelle avec tendresse l’interprète de l’agent 007.

Et ce n’est pas tout. Pas plus tard qu’en juin dernier, pour son jubilé de platine, Elisabeth avait de nouveau fait preuve d’autodérision en partageant un goûter avec l’ours Paddington, autour d’une tartine de marmelade. Quel autre monarque accepterait de prendre le thé avec un ours en images de synthèse ?

Dans votre Ciné-Télé-Revue cette semaine  : pas moins de 14 pages spéciales consacrées à la vie d’Elizabeth II. Mais aussi : l’expo Johnny prend forme, David Bowie rescusité, Chris Meloni de retour, Harold Hessel (« Affaire conclue ») en interview...