Covid : 51% des personnes ne souhaitent plus se faire tester

Edition numérique des abonnés

Si l’épidémie de Covid-19 devait reprendre au début de l’automne, où iriez-vous vous faire tester? Chez votre pharmacien? Dans un centre de testing ? Chez votre médecin ? 

Si la fin du mois d’août et la rentrée du mois de septembre ont été plutôt calmes sur le front de l’épidémie, la question du testing garde tout son sens en terme de santé publique. Toutefois, dans notre sondage, auprès de plus de 1000 personnes, il ressort que le testing n’a plus vraiment la cote. En effet, 51 % d’entre vous ne souhaitent plus se faire tester. 

Ce sentiment n’est pas récent en effet. Plusieurs fois au cours de la pandémie, la population a exprimé son ras-le-bol face aux tests et à ses désagréments (nez....). Un sentiment légitime qui est toutefois, à chaque fois, rattrapé par la réalité du quotidien. En effet, actuellement, les ventes d’autotests et de tests repartent à la hausse : « Depuis une semaine, la vente d’autotests est de nouveau en croissance. Généralement, la hausse des tests PCR suit cette première augmentation une semaine ou deux semaines plus tard tout comme le nombre de personnes positives » explique Olivier Delaere CEO de Febelco, le plus grand grossiste-repartiteur belge de médicaments. 

Un sentiment qui est confirmé à Bruxelles où le nombre d'infections a légèrement augmenté ces dernières semaines. Le nombre hebdomadaire de tests est passé de 6.400 à 7.400. France Dammel, porte-parole de la Commission communautaire commune (Cocom), l’a rappelé lors de la dernière conférence de presse. "Nous prévoyons un pic du nombre d'infections à la mi-octobre".

 

La qualité des tests

 

Justement, si les patients doivent refaire un test, ils sont 18,8% à décider d’aller plutôt se faire tester chez leur pharmacien : « Ils ont reçu les formations adaptées à ce niveau. En Belgique, nous avons la chance d’avoir des pharmaciens avec un cursus de qualité et ils suivent des formations continues tant pour le testing que pour la vaccination. Le pharmacien peut livrer des autotests mais aussi tester les patients avec les tests antigéniques. Depuis le début de la crise, nous avons livré près de 4 millions de tests (autotest et antigénique). Nous avons un stock de sécurité parce que les ventes d'autotests peuvent varier de 500 à 50.000 par jour. Nous avons un rôle sociétal à jouer pour que les tests soient toujours disponibles et que nous puissions fournir des tests de qualité » Olivier Delaere.

 

Les personnes peuvent aussi se faire vacciner chez leur médecin de famille. Ils sont 19,6% à vouloir se tourner vers leur généraliste : « Nous continuons évidemment à tester et il y a même une augmentation depuis quelques jours » explique un docteur de la région de Charleroi : « Souvent, les patients viennent après avoir réalisé un autotest et ils veulent une confirmation pour savoir s'ils peuvent se rendre au travail ou pour partir en voyage. »

 

Il reste enfin, pour ceux qui le souhaitent, la possibilité de se faire tester dans un centre de test. Ils sont 18,1% à privilégier cette piste. Suivant la région où vous habitez, il en existe notamment dans les hôpitaux ou à des endroits stratégiques de votre ville ou commune...

 

 

V.Li.

 

 

 

 

 

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo