Funérailles de la reine Elizabeth II ce lundi: la cérémonie sera historique

BRITAIN-ROYALS-QUEEN-DEATH

Les Britanniques, et des étrangers également, continuaient hier à faire la queue pour rendre hommage à la reine Elizabeth. Après une nuit froide, la file d’attente pour voir son cercueil s’étirait samedi matin sur des kilomètres le long de la Tamise et l’attente était estimée à au moins 24 heures. Le public a jusqu’à lundi matin 6h30 pour rendre un dernier hommage à la souveraine.

Lundi matin, une procession accompagnera le cercueil jusqu’à l’Abbaye de Westminster où se tiendront les funérailles, à 10h. Il s’agit des premières funérailles d’Etat depuis celles de Winston Churchill en 1965.

Plus important même que les jeux Olympiques, les funérailles de la reine Elizabeth II seront le plus grand événement jamais encadré par la police de Londres, avec des dirigeants venus du monde entier et une foule immense attendue dans la capitale britannique.

«Je peux confirmer que ce sera le plus grand événement que la police londonienne» ait eu à encadrer, a dit à des journalistes le sous-commissaire adjoint Stuart Cundy. «C’est plus grand que les jeux Olympiques de 2012, et plus grand que le week-end du jubilé de platine», qui a eu lieu début juin, a-t-il ajouté.

Après une dernière procession, Elizabeth II sera inhumée dans l’intimité dans la chapelle Saint-Georges au château de Windsor, à l’ouest de Londres, auprès de son père le roi George VI et de son époux le prince Philip.

Plus de 2.000 agents de tout le pays ont été recrutés pour épauler Scotland Yard à assurer la sécurité.

«L’éventail des policiers, du personnel de police et de tous ceux qui soutiennent l’opération est vraiment immense», a déclaré Stuart Cundy, avant de citer, entre autres, «nos maîtres-chiens, notre unité maritime».

La police va déployer plus de 36 kilomètres de barrières dans le centre de Londres, où des dizaines de milliers de personnes sont attendues.

«En ce qui concerne le nombre de personnes et d’éventuels mouvements de foule avec des personnes poussées et écrasées, c’est quelque chose qui est constamment surveillé par les commandants de police», a poursuivi Stuart Cundy.

«Les installations et la technologie dont nous disposons, pour que nous puissions voir tout ce qui se passe sous plusieurs angles différents, sont absolument essentielles en terme de contrôle des foules», a-t-il souligné.

Outre une foule immense à encadrer, les nombreuses personnalités qui feront le déplacement à Londres représentent un défi pour les services d’ordre et de sécurité.

«Ce sera la plus grande opération de protection mondiale que la police londonienne ait jamais entreprise», a déclaré Stuart Cundy.

La police travaille avec le gouvernement britannique et d’autres organisations «bien informées» pour dialoguer avec les dirigeants mondiaux et leurs équipes de protection afin de coordonner les plans.

Des invités triés sur le volet

Ce lundi 19 septembre, les 2.000 places de l’abbaye de Westminster seront bien occupées. Parmi les personnes présentes, de nombreuses célébrités.

Parmi les têtes couronnées, outre la famille proche de la défunte(dont le roi Charles et Camilla et les princes Harry et William accompagnés de leurs épouses), il y aura évidemment le roi Philippe et la reine Mathilde. Les souverains belges assisteront aux funérailles de d’Elizabeth II. Présence remarquée également avec l’empereur Naruhito et l’impératrice Masako du Japon qui effectueront ainsi leur premier voyage à l’étranger depuis leur accession au trône en 2019. Plusieurs têtes couronnées seront également présentes (Pays-Bas, Norvège, Suède, Espagne, Danemark, Monaco).

Au niveau politique, on citera notamment le président français Emmanuel Macron, le président américain Joe Biden. D’autres dirigeants sont également invités : Sergio Mattarella (Italie), Frank-Walter Steinmeier (Allemagne) Isaac Herzog (Israël), Yoon Suk-yeol (Corée du Sud), Wang Qishan (Chine), Recep Tayyip Erdogan (Turquie), Jair Bolsonaro (Brésil), Justin Trudeau (Canada), Anthony Albanese (Australie), Jacinda Ardern (Nouvelle-Zélande), etc.

Olena Zelenska, épouse de Volodymyr Zelenski, représentera l’Ukraine. Tout un symbole !

Au niveau de l’Europe, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est invitée, tout comme Charles Michel en sa qualité de président du Conseil de l’Europe.

Les incontournables Elton John ou David Beckham seront également présents.

En direct sur RTL-TVi et la RTBF

Chez nous, RTL-TVi et la RTBF retransmettront les funérailles d’Elizabeth II.

À RTL-TVI, c’est Alix Battard qui commentera en direct depuis Londres les funérailles (arrivée des invités, messe, défilé du cercueil, etc.), avec l’appui de Thomas de Bergeyck en studio. « Je serai déjà en direct pour le journal du dimanche au soir », précise Alix Battard qui, il y a trois mois, était à Londres pour couvrir le Jubilé de la Reine. « Lundi, j’assurerai les directs dans le quartier de Westminster ».

Du côté de la RTBF, c’est Ophélie Fontana qui sera aux commandes de cette diffusion exceptionnelle (5h de direct) avec, à ses côtés, Patrick Weber, Annick Capelle et Eddy Caekelberghs.

Russie et Bélaris ne sont pas conviés

La Russie et le Bélarus font partie d’un petit groupe de nations qui seront exclues des funérailles de la reine après l’invasion de l’Ukraine par Moscou. Le président russe Vladimir Poutine avait déjà déclaré qu’il ne serait pas présent mais la Russie a quand même jugé « blasphématoire » et « immorale » de ne pas être formellement conviée. La Birmanie, ancienne colonie britannique dirigée par des militaires, mais aussi la Syrie, l’Afghanistan et la Corée du Nord ont également été écartés.

Un hommage continu

Charles est venu saluer la foule.
Charles est venu saluer la foule. - Photonews

Les quatre enfants d’Elizabeth II, dont le roi Charles III, ont veillé vendredi soir auprès de son cercueil à Londres, entourés de nombreux anonymes. Placés autour, lui tournant le dos tête baissée, Charles, Anne, Andrew et Edward ont veillé une dizaine de minutes sur le cercueil drapé de l’étendard royal et orné de la couronne impériale. Pour l’occasion, Andrew, privé de titres militaires à la suite d’un scandale sexuel, a été autorisé à porter l’uniforme, à l’instar de sa fratrie.

Samedi, ce fut au tour des 8 petits-enfants de la reine de participer à une veillée funèbre. Ici aussi, Harry a été autorisé à porter l’uniforme.

Fait un peu plus surprenant : peu avant, dans l’après-midi de samedi, le nouveau souverain, accompagné de son fils William, est venu pendant une vingtaine de minutes à la rencontre de la foule qui défile sans discontinuer depuis mercredi soir. Il a échangé quelques mots et serré des mains.

Rare incident dans ces hommages continus qui se déroulent avec une organisation et une discipline dont les Britanniques ont le secret : un homme a été arrêté vendredi soir après avoir quitté la queue et s’être approché du cercueil, ont rapporté les autorités.

À deux jours des « funérailles du siècle », les dignitaires étrangers ont commencé à affluer à commencer par le président américain Joe Biden qui devait atterrir dans la soirée dans la capitale. Il assistera à une réception organisée dimanche soir par Charles III pour les chefs d’Etat invités.

Notre sélection vidéo