En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil Actualités Tech-gaming Jeux vidéo

Fulllife, quand mode et références gaming se rencontrent

Mise en avant par plusieurs influenceurs, la marque Fulllife grandit en associant deux mondes qui ont tout pour plaire. Expérience.

C’est une marque qui fait petit à petit son trou dans le milieu du mode-gaming. Fulllife, start-up française lancée en 2021, se targue aujourd’hui d’une belle popularité grâce à des partenariats avec des poids lourds de la scène streaming (Henry Tran, Colas Bim…). Encore très jeune comme entreprise, Fulllife se targue néanmoins de pratiquement 100.000 clients. « Avec une satisfaction ultra-élevée de 4,7/5 et un taux de retour de moins de 3 % », se félicite Alexandre Malsch, CEO de la marque.

Selon ses dires, Fulllife repose sur deux piliers : un axe français éco responsable et, surtout, la passion du jeu vidéo. « Nous sommes des joueurs avec pour mission de célébrer notre communauté et sa créativité sans limites. Nos pièces sont portées comme un moyen d’expression personnelle, dans la rue comme dans les gradins des plus grands événements d’esport », explique-t-il.

Capture d’écran 2022-08-13 à 23.18.30
Capture d’écran 2022-08-13 à 23.16.20

Curieux de découvrir cet univers vanté par plusieurs influenceurs, nous avons voulu nous faire notre propre opinion. Nous nous sommes donc rendus sur le site de la marque pour passer commande. Ce que l’on aime, d’entrée c’est l’expérience proposée. De l’arrivée sur le site, à la commande en passant par le colis ou les communications par mail, tout est pensé pour transporter le client dans un univers calqué sur le jeu vidéo. On retrouve du loot (des capsules qui débloquent une monnaie virtuelle qui permet ensuite d’avoir une réduction sur les prochaines commandes, des badges ou des articles) de la progression (certains articles ne sont pas disponibles à l’inscription, il faut les débloquer) et des easters-eggs. Tout est pensé, travaillé pour coller à ce monde que veut transposer Fulllife dans la mode.

Capture d’écran 2022-08-13 à 23.17.35
Capture d’écran 2022-08-13 à 23.17.17
Capture d’écran 2022-08-13 à 23.18.48

Expérience totale

Ce que l’on apprécie, c’est que la marque ne le fait pas en surabondance sur les vêtements. Contrairement à l’expérience utilisateur, les collections, elles, sont plus discrètes. On peut évidemment retrouver des t-shirts avec de gros logos mais, dans la majorité des cas, Fulllife se contente de placer des petites références que seuls les connaisseurs peuvent repérer. Pour les autres, le t-shirt semblera banal. Prenons l’exemple de la collection Henry Tran : le T-Shirt du streameur qui se compose d’un simple Koryo, un félin portant fièrement sa ceinture noire, situé au niveau du cœur. Bref, impossible de l’associer au milieu du gaming sans connaitre la référence.

IMG_8877

full3

Concernant les vêtements en eux-mêmes, la qualité est au rendez-vous. Fulllife assure utiliser du coton 100 % organique (provenant en grande partie d’Egypte) ainsi que des encres certifiées compatibles avec ces standards. La production des vêtements se fait au Portugal.

full2

Nous avions commandé trois t-shirts et un pull : la coupe est un peu oversize mais tout tombe bien, on se sent à l’aise dedans. Aucune déception de notre côté, les produits respirent également la solidité. C’est donc validé et porté.

full

Conclusion

Que ce soit dans l’expérience utilisateur proposée ou dans la qualité des produits, Fulllife semble être parfaitement armé pour s’imposer comme une valeur sûre de son milieu. Si l’on peut reprocher le système de livraison qui reste une pierre d’achoppement pour les petites boutiques en ligne, le reste est parfaitement travaillé et pensé. Ce qui est proposé allie deux mondes que d’autres ont parfois eu tendance à associer avec abondance. Rien de tout ça ici puisque Fulllife parvient à doser la culture gaming et la mode pour ne pas que les vêtements crient « Je suis un gamer ».

La découverte est donc bonne et on a désormais hâte de voir comment la marque va évoluer. Les nouveaux partenariats montrent en tout cas qu’elle en a encore sous le coude et qu’elle ne demande qu’à grandir.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Jeux vidéo

Voir plus d'articles