En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil Régions Namur Actualité de la région de Namur

Namur: ils violent une mineure dans un appartement, écrivent sur son corps et filment

En mars 2016, plusieurs hommes ont violé et violenté une mineure dans un appartement à Namur. L’un d’eux, condamné par défaut en janvier dernier, a fait opposition à une peine de cinq ans de prison.

Ce jeudi, devant le tribunal correctionnel de Namur, un prévenu, condamné par défaut en janvier dernier, a fait opposition à une peine de cinq ans de prison pour viol avec séquestration, attentats à la pudeur, vol avec violence, traitement dégradant et pour l’enregistrement vidéo de ces scènes.

Les faits ont eu lieu en mars 2016, rue de Bruxelles à Namur. Une jeune fille mineure a été attirée dans un appartement, où elle devait rencontrer un jeune homme. Plusieurs hommes étaient présents, ils l’ont enfermée dans la pièce et lui ont pris son téléphone. Ils l’ont violée, ont écrit sur son corps et ont filmé les faits.

Risque de récidive

Le jeune homme qui faisait opposition ce jeudi avait 17 ans au moment des faits. Il en a 23 aujourd’hui. L’unité de psychopathologie légale a rendu un rapport au sujet du prévenu et ne relève pas de paraphilie dans son chef (c’est-à-dire des fantasmes ou des comportements sexuels fréquents et intenses portant sur des objets inanimés, des enfants ou des adultes non consentants ou bien impliquant la souffrance ou l’humiliation de soi-même ou de son partenaire). Le rapport du Service de la Protection de la Jeunesse souligne toutefois son risque de récidive, sa rage, son manque d’empathie, sa logique de clan où seule prévaut la loi de la rue, son impression de toute puissance.

Le conseil du prévenu, Me Delhez, a plaidé un sursis probatoire incluant une formation relative à la place de la femme dans la société, lui permettant de se mettre des limites, notamment en matière sexuelle, et la nécessité d’entreprendre une formation qualifiante.

Me Gravy, avocat de la jeune fille, réclame 2.500 euros et la réalisation d’une expertise.

Le parquet de Namur ne s’oppose pas à une mesure de probation, encadrée de façon stricte et incluant des formations et l’indemnisation de la victime. Jugement le 20 octobre.

Sudinfo

Aussi en Namur Actu

Voir plus d'articles