En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Sports Diables rouges

Alderweireld confiant avant Pays-Bas – Belgique: «Pourquoi ne pas y croire?»

Les Pays-Bas, victorieux jeudi en Pologne (0-2), ont fait un grand pas vers le « Final 4 » de la Nations League. Mais les Belges n’ont pas dit leur dernier mot et rêvent d’un miracle ce soir à Amsterdam…

Pour le défenseur de l’Antwerp, le match de ce dimanche à Amsterdam sera forcément particulier. Mais il veut surtout que la Belgique preste à son vrai niveau afin de ne pas nourrir de regrets et de préparer au mieux le Mondial.

« J’espère suivre une partie des championnats du monde de cyclisme et assister au succès d’un Belge, quel qu’il soit ! Bien sûr, cela a lieu tôt en Belgique mais ceux qui ont des enfants n’ont pas trop de problèmes à se lever avec les poules, en général. »

Tout sourire, Toby Alderweireld était assez content, samedi après-midi à Tubize. À la veille d’un match forcément particulier pour lui puisque c’est aux Pays-Bas et en particulier à Amsterdam qu’il a effectué ses débuts en tant que professionnel, le défenseur de l’Antwerp a rappelé que ce match, décisif pour la première place du groupe, aura aussi un intérêt certain dans une optique à plus long terme. « Louis van Gaal a déclaré que les Pays-Bas allaient gagner ce dimanche ? C’est très bien : nous aussi, on veut gagner ! Et moi en particulier, parce que c’est là que j’ai joué au début de ma carrière, que j’ai remporté de beaux trophées. Je vais aussi retrouver quelques têtes connues mais je préfère me focaliser sur la préparation de notre match sans trop penser à tout cela. Si on parvient à s’imposer, ce serait bien que ce soit en effet de trois buts, ce qui nous permettrait d’atteindre le Final Four de la Ligue des Nations. Il faudrait un petit miracle mais si on propose notre jeu habituel offensif, et qu’on se montre efficaces, pourquoi ne pas y croire ? Après, cela reste un test solide face à une équipe qui l’est tout autant. On avait pu s’en rendre compte lors de notre première confrontation à Bruxelles, où nous n’avions pas su exprimer nos qualités propres. On se doit de les montrer ce dimanche dans un contexte tendu, avec un entraîneur – Thierry Henry – qui débutera dans ce rôle mais ne manque pas d’expérience, tout en gardant en tête que quoi qu’il arrive, il s’agira de la meilleure des préparations possibles à deux mois du début de la Coupe du monde. On veut terminer cette campagne sans regrets… »

Depuis qu’il a rejoint la Belgique, Alderweireld a en tout cas retrouvé une équipe compétitive, qui n’est certes plus présente sur la scène européenne mais qui trône – largement – en tête de la D1A. Jeudi, il formait d’ailleurs un trio défensif 100 % « made in Belgium » aux côtés de son ami Jan Vertonghen et du jeune Zeno Debast, tous deux d’Anderlecht. « Pour lui, ce n’était pas facile de débuter en sélection à un âge si jeune mais il s’est bien tiré d’affaire », expliquait-il. « De mon côté, j’apprécie occuper le rôle central du trio, parce que cela me permet de mieux voir le jeu, de mieux guider mes partenaires que quand je me retrouve légèrement décalé sur la droite. Aujourd’hui, je me sens de mieux en mieux physiquement. Plus frais, aussi. Au Qatar, il y avait moins de matchs qu’à l’Antwerp, et l’intensité y était plus faible. Je devais donc souvent aller à la salle pour m’occuper de ma condition physique dans une optique plus individuelle. »

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale Coupe du monde 2022

Aussi en Diables rouges

Voir plus d'articles