En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Sports Cyclisme

Après sa victoire aux mondiaux, Remco Evenepoel célébré le 2 octobre sur la Grand-Place de Bruxelles

Le bourgmestre de Bruxelles a communiqué l’information sur Twitter.

Remco Evenepoel est devenu le nouveau champion du monde de cyclisme sur route dimanche à Wollongong, en Australie. «C’est ce dont on rêve en tant que coureur. Vraiment, je ne vivrai plus jamais une saison comme celle-ci», a avancé le nouveau porteur du maillot arc-en-ciel.

«Lorsque j’ai commencé à courir, j’avais trois grands objectifs: remporter Liège-Bastogne-Liège, devenir champion du monde et gagner un grand tour», a révélé Evenepoel. «Voilà que je réalise tout cela dans la même année. Je n’ai presque pas de mots, je ne vais plus jamais vivre ça. Et oui, c’est vraiment la plus belle victoire. Je vis un rêve.»

La Vuelta terminée, Evenepoel s’est immédiatement rendu en Australie.»C’était un choix conscient et également prévu de longue date. Je ne savais pas à l’avance que je gagnerais le Tour d’Espagne. Je n’ai pas pu célébrer mon succès, mais je vais me rattraper. En soi, ce n’était pas si difficile de rester concentré avec le contre-la-montre et la course sur route. Maintenant je vais fêter ça, je pense que je vais aller dans toutes les fêtes en octobre. Je veux juste en profiter, avec tous ceux qui m’entourent et qui me sont chers.»

Désigné co-leader avec Wout van Aert, Evenepoel a attaqué très tôt et a achevé l’épreuve en solitaire. «Je me sentais extrêmement bien et l’équipe était super. Je ne gagne pas seul, mais grâce à l’équipe, tout comme j’ai gagné la Vuelta avec l’équipe et Liège-Bastogne-Liège. Je m’en, rends compte plus que jamais. On ne gagne pas seul. Je suis très fier de mon équipe. Sur le papier, nous étions l’équipe la plus forte, mais nous l’avons également prouvé en course.»

«Dans chaque course, j’ai fait des progrès ces derniers mois. Lors de Tirreno-Adriatico ou du Pays basque, par exemple, les choses ne se sont pas immédiatement déroulées comme elles le devaient, mais c’est un processus par lequel il faut passer. J’ai franchi plusieurs paliers ces derniers mois sur le plan physique, mais aussi mental. Je gère aussi mieux la pression et j’ai aussi confiance en mon équipe. En tant que coureur, on ne fait rien tout seul et je suis particulièrement fier de donner un autre maillot arc-en-ciel à la Belgique», a conclu le champion du monde de 22 ans.

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles