Que sont devenues les anciennes Miss Belgique?

Laurence Borremans a été élue en 1996.
Laurence Borremans a été élue en 1996. - Photo News

En 2023, lors de la prochaine édition du concours Miss Belgique, aura-t-on enfin une lauréate francophone ? Cela fera dix ans (!) que les têtes couronnées sont flamandes. La dernière francophone est Noémie Happart, la Miss Liège qui a vingt-neuf ans aujourd’hui. Nous avons décidé de remonter dans le temps en partant à la recherche de ces anciennes Miss Belgique wallonnes et bruxelloises. Que sont-elles devenues ?

Pour certaines, surtout les plus « jeunes », c’est assez facile. Bien que. Qui sait qu’est devenue la brune Zeynep Sever (Miss Belgique 2009) ? Ou Alizée Poulicek (2008) qui n’a plus donné signe de vie sur ses réseaux sociaux depuis le 13 mai 2021 ? Qui se souvient de Laurence Borremans, la magnifique Brabançonne wallonne qui avait crevé les écrans en 1996 ?

Nous commençons par elle, cela n’a pas été facile d’avoir de ses nouvelles mais elle a fini par nous répondre, en toute gentillesse.

« Aujourd’hui, j’ai 41 ans, deux filles, Victoria (14 ans) et Alexia (7) ainsi qu’un joli toutou », répond Laurence depuis son domicile à Lasne. « Je suis toujours mariée à David. Nous sommes ensemble depuis le 2 février 2002. Nous avons fêté nos 20 ans cette année. Nous vivons à Lasne depuis 4 ans. Nous adorons cette commune car elle est dynamique, en pleine nature et avec tout à proximité… sans être loin de Bruxelles. Même si je ne m’y rends que rarement ».

David, c’est David Saelens, l’ancien pilote automobile. Aujourd’hui, il est le directeur de l’entreprise de transport Sitra. « J’ai la chance d’avoir ma famille proche de chez nous et mes amies fidèles depuis si longtemps », poursuit Laurence. « Les filles sont à l’école à Waterloo et sont passionnées d’équitation. Nous ne sommes pas loin des écuries à Baisy-Thy où nous passons beaucoup de temps. J’ai travaillé dans la mode comme mannequin jusqu’à il y a environ 7 ans. J’ai arrêté à la naissance de notre fille cadette. Je n’ai aucun regret, mon mari travaille beaucoup. Il est actif sur l’Europe et la Russie, il voyage énormément. J’ai le bonheur de m’occuper de ma famille et j’y ai trouvé mon équilibre. Je gère notre quotidien, un peu d’immobilier, je fais du sport et j’assure les activités extrascolaires de mes filles ».

« Un manque de maturité »

Que retient-elle de son couronnement, il y a 26 ans ? « J’avais tout juste 18 ans. Je m’étais inscrite par hasard en découpant le talon d’inscription dans le journal de mon grand-père. Je n’avais jamais regardé d’élection avant mais j’ai gagné et eu la chance de vivre cette belle année, riche en rencontres et expériences incroyables. J’ai eu l’occasion de participer à Miss Monde et Miss Univers, à l’autre bout du monde. Avec du recul, je me dis qu’à cet âge, on manque encore de maturité et d’assurance. Ce n’était pas si évident d’être plongée dans un monde d’adultes du jour au lendemain et de quitter sa vie d’étudiante à Louvain-la-Neuve ».

Notre sélection vidéo