Les révélations glaçantes de Christian Quesada, l’ancien champion des «12 Coups de midi»: «Je ne suis pas un criminel (...) on est très très éloigné»

Vidéo
d-20220927-GXHKMN 2022-09-27 16_44_53

De star à criminel en une fraction de seconde. En 2019, les téléspectateurs apprennent avec effroi la terrible vérité sur un homme qu’ils pensaient sans histoire, pour lequel ils s’étaient pris d’affection. Dans le jeu de TF1 présenté par Jean-Luc Reichmann, « Les 12 Coups de midi », Christian Quesada, alors en difficulté financière, se révèle et enchaîne les victoires pour emporter un énorme pactole.

Mais en 2019, le scandale éclate : Christian Quesada est incarcéré pour corruption de mineures, détention et diffusion d’images pédopornographiques. L’homme est alors condamné à trois ans de prison en avril 2020. Il a obtenu une libération conditionnelle en mars 2021. Ce lundi, on apprenait que l’homme a été de nouveau interpellé pour ne pas avoir respecté ses obligations. Il devait notamment faire l’objet d’un suivi sociojudiciaire, qui comprend l’interdiction de fréquenter des mineures et de suivre certains soins. On n’en sait pas davantage sur les raisons précises de sa seconde incarcération.

« Je ne suis pas un criminel, je suis un délinquant »

Ce mercredi soir, Touche pas à mon poste a diffusé des enregistrements exclusifs de l’ancien champion de l’émission de TF1. Dans ceux-ci, Christian Quesada, qui a lui-même contacté la société de production de l’un des chroniqueurs (Genton production, qui diffusera prochainement un documentaire sur l’homme), affirme ne pas être un criminel. « Je ne suis pas un criminel, je suis un délinquant », déclare-t-il avant de minimiser les faits qui lui sont reprochés. « Alors il faut savoir que dans la justice française, un cliché pédopornographique c’est une fille qui a moins de 18 ans qui est en culotte ou en soutien-gorge. Donc oui, il y avait même plus que ça. Mais, pour l’inconscient collectif, ce qui est pédopornographique c’est vraiment des trucs voilà, on met des enfants attachés. On est quand même très très très très très éloignés. »

Des affirmations qui ont été contredites par les chroniqueurs sur le plateau en reprenant les extraits des faits qui lui sont reproches. « On est très loin des clichés de jeunes filles de 17-18 ans », rappelle Guillaume Genton.