En ce momentChangements ce 1r décembreDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Actualités Belgique

La pénurie de syndicats de courtiers immobiliers est problématique pour plus de 90 000 copropriétés

L'Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) a tiré jeudi la sonnette d'alarme sur la pénurie structurelle des syndicats d'agents immobiliers. À peine quatre pour cent de tous les agents immobiliers agréés gèrent encore exclusivement une copropriété, comme un immeuble d'habitation. En outre, la profession est également trop peu connue, selon les trois quarts des 1 872 professionnels interrogés.

La Belgique comptait plus de 90 000 copropriétés en 2021, soit près d'un tiers de l'ensemble des biens résidentiels de notre pays. Celles-ci doivent, selon la loi belge, être toutes gérées par un syndic, qui est responsable de la gestion technique, administrative et financière de la copropriété. Mais avec 497 syndicats immobiliers qui s'en occupent exclusivement cette année, on parle d'une profession d'embouteillage, selon l'IPI.

de videos

"Il y a de plus en plus de copropriétés dans notre pays. Pour les gérer correctement, le nombre de courtiers-syndics immobiliers devrait également augmenter", estime Frederiek Thiers, trésorier de l'IPI et syndic en chef. Au cours des trois dernières années, seuls 155 nouveaux membres ont adhéré en tant que syndics titulaires. Le nombre de nouvelles admissions augmente donc légèrement, mais il est dépassé par le nombre de syndics qui ne veulent plus exercer la profession pour diverses raisons.

"De nombreux syndiqués disent que la charge de travail élevée, les heures tardives et le fort impact sur la vie privée commencent à les déranger. De telles situations provoquent un stress accru qui peut conduire à un épuisement physique et émotionnel", a déclaré M. Thiers. Par exemple, l'IPI demande que les réunions soient organisées pendant les heures de bureau et non le soir.

Les courtiers-syndics immobiliers eux-mêmes ont également indiqué dans le sondage que la situation pourrait être améliorée en informant le public sur le rôle et les compétences du courtier-syndiseur immobilier. Selon les trois quarts, la profession n'est donc pas suffisamment connue. Avec une nouvelle campagne, l'IPI espère informer le grand public sur la profession et la promouvoir auprès de ses membres.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale A ne pas rater Le sondage

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles