Accueil Consomalin Votre argent

Les simulations de contrats d’énergie suscitent la confusion: voici pourquoi il peut y avoir des milliers d’euros de différence

Les méthodes de comparaisons des contrats d’énergie suscitent énormément de confusion chez les clients. Une uniformité doit voir le jour.

Alors que la flambée de prix de l’énergie n’épargne personne, il demeure difficile de calculer et de comparer certains tarifs en fonction des contrats. Et de la méthode de simulation sur V-test, myenergie.be ou energy-comparer.be. Le premier est relié au régulateur flamand Vreg, alors que les deux autres ont reçu un label de la part du régulateur fédéral Creg.

de videos

Le problème, c’est que, en comparant les prix de contrats variables, on peut arriver à des montants très éloignés. Par exemple, chez l’un, le contrat variable le moins cher est de 5.813 euros pour 15.000 kWh gaz, provenant d’Engie. Alors que chez un autre, on arrive à 2.099 euros via TotalEnergies. Comment dès lors éviter une mauvaise surprise ? Difficile, car ces méthodes de calcul dépendent des derniers chiffres du contrat et de la dernière indexation.

Entretemps, un spécialiste de l’énergie a développé une méthode, se basant sur les cotisations de prix pour les livraisons à venir. Avec, en raison de la crise actuelle, des tarifs forcément élevés. Mais probablement en étant davantage proche de la réalité.

Uniforme

Si la Vreg a adopté cette méthode, l’ancienne est toujours utilisée. Ce qui crée inévitablement de fameuses confusions chez de nombreux clients. C’est la raison pour laquelle les régulateurs de l’énergie doivent se mettre d’accord autour d’une formule pour tout le monde. « L’intention est d’utiliser une méthodologie uniforme ou commune à court terme afin que les consommateurs obtiennent des résultats comparables à travers les différents canaux », dit la Creg. Même s’il sera excessivement compliqué d’obtenir une prévision super précise, au vu de la fluctuation des marchés.

Pour l’expert Kris Voorspools, la donne est claire. « La situation est particulièrement confuse, les deux méthodes coexistent, les fournisseurs ne savent pas quoi faire, les comparateurs de prix non plus. Il serait bon que tous les régulateurs de l’énergie, non seulement la Vreg et la Creg mais aussi le régulateur wallon et bruxellois, soient sur la même longueur d’onde », pose-t-il au quotidien néerlandophone.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Votre argent

Voir plus d'articles