En ce momentChangements ce 1r décembreDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Régions Verviers Actualité de la région de Verviers

20 ans de l’abbaye de Stavelot: retour sur des travaux rocambolesques

L’abbaye de Stavelot fête ses 20 ans, l’occasion de revenir sur les travaux qui ont transformé ce lieu riche en histoire.

On l’a peut-être oublié mais avant que l’abbaye de Stavelot n’ait cette belle apparence qu’on lui connaît, il a fallu réaliser des travaux importants. Dans le cadre de leur vingtième anniversaire, une exposition revient sur ce chantier, assez difficile à mettre en œuvre.

de videos

« Les travaux initiaux portaient sur la restauration de l’aile ouest et un peu en périphérie », se souvient Luc Dutilleux, chef de projet à l’époque. « Mais on s’est rendu compte lorsque l’on a été désigné auteur de projet que l’ensemble des bâtiments nécessitait une restauration profonde. À tous les niveaux. Que ce soit les structures, les châssis… Il y avait également une réflexion à mener sur l’ensemble de l’occupation des bâtiments qui étaient occupés par une série d’ASBL. »

Luc Dutilleux.
Luc Dutilleux. - A.R.

L’idée initiale était de restituer les espaces de l’époque. Ce n’était pas simple du fait que l’abbaye avait été morcelée. Il y avait des murs au milieu de ce qui était supposé être une seule pièce.

Paradoxe

Une autre des volontés était de faire passer le visiteur par le même trajet que les moines à l’époque. Tandis qu’un des objectifs était un peu de redevenir aux sources de l’abbaye, une autre directive était qu’elle soit ouverte sur le centre de Stavelot car elle devait permettre de relancer la commune.

L’abbaye de Stavelot vers 1970.
L’abbaye de Stavelot vers 1970. - Fonds régional de la Bibliothèque de Stavelot -Collection Bernes

« C’était quelque chose de paradoxal puisqu’une abbaye, c’est tout de même quelque chose qui est fermé sur le monde. »

Un compromis a été trouvé : de l’extérieur on voit bien l’abbaye, alors qu’à l’intérieur on a bien l’impression d’être enfermé.

Au niveau des charpentes, il y a eu de mauvaises surprises. En effet, le bois était attaqué à la fois par la mérule et par la grosse vrillette, une sorte d’insecte qui mange les boiseries. « On avait parfois un mètre de bois qui avait été mangé ! »

Des charpentes.
Des charpentes. - GAR-Archives d’architecture Uliège

Les travaux ont duré entre 2 et 2,5 ans. « Mais on a eu plein de problèmes. Il faisait froid donc impossible de travailler… » Certains entrepreneurs sont partis car il y avait des problèmes de budget.

C’est au final Michel Daerden qui a inauguré les bâtiments. « Il était très heureux », nous déclare-t-on de manière diplomatique. « Tellement heureux qu’il n’arrivait pas à s’exprimer », glisse-t-on.

Et pour l’avenir ? Quels sont les futurs travaux possibles ? « La règle d’or, c’est qu’il faut respecter le patrimoine. Les travaux à venir iront toujours dans ce sens », certifie Patrick Mignon, le directeur de l’abbaye. « Mais on a plein d’idées. On aimerait par exemple faire des travaux au premier étage de l’aile est. Il y aurait la possibilité de faire une magnifique salle d’exposition. » Malheureusement, pour faire quoi que ce soit, il faut une certaine somme d’argent. Or, en ce moment, on peine à trouver des budgets pour concrétiser les nombreuses idées.

L’exposition sur les travaux se tient gratuitement dans les jardins de l’abbaye.

L’abbaye au moment des travaux.
L’abbaye au moment des travaux. - Philippe Crasson

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale A ne pas rater

Aussi en Verviers Actu

Voir plus d'articles