En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsStar AcademyPermis de conduire Accueil Sports Sports moteurs

Rallye de Nouvelle-Zélande: Neuville (6e) en manque de confiance, Tanak en tête

Thierry Neuville n’est pas dans le coup en Nouvelle-Zélande : à l’issue de la première journée, il était 6e, à 45 secondes de son équipier Tanak, leader devant les Toyota d’Evans, Ogier et Rovanpera.

La météo pluvieuse annoncée sur la première étape du rallye de Nouvelle-Zélande a bien inondé en certaines occasions les magnifiques spéciales tracées autour d’Hamilton, plus de 200 km au sud d’Auckland où est basé le rallye. Et à ce petit jeu des averses intempestives, Kalle Rovanpera et Sébastien Ogier comptent parmi ceux qui s’en sont plutôt bien sortis. Le premier en a profité pour effacer le handicap d’avoir à ouvrir la route, tandis que le deuxième est passé d’un coup de la 5e à la 1re place au général avant la dernière spéciale du jour. Privé d’aileron arrière pour celle-ci, l’octuple champion du monde a cependant dû lever le pied dans cette dernière difficulté.

Grosse attaque de Tanak

Et Ott Tanak en a profité pour repasser en tête devant un trio de Toyota plutôt menaçant : à l’issue de cette première journée, Evans pointe à… 2 dixièmes de seconde de l’Estonien, Ogier à 6,7 secondes, et Rovanpera à 7,2 secondes. Les candidats à la victoire semblent se trouver dans ce mouchoir, car leurs plus proches poursuivants pointent déjà à 43,8 (Greensmith) et 45,6 secondes (Neuville) de ce peloton de tête ; tous les autres sont beaucoup plus loin ou… déjà plus là. Et Ford a une fois de plus payé le prix fort avec la sortie de route de son « leader », Craig Breen, auteur d’une nouvelle sortie de route (5e spéciale) après avoir un moment été en tête. Il repartira en super-rallye la nuit prochaine, mais n’est évidemment plus concerné par les premières places.

Neuville : « Pas assez à l’aise pour attaquer »

Et Thierry Neuville ? Pendant que son équipier Tanak partait à nouveau sur un rythme endiablé (trois meilleurs temps), notre compatriote se disait peu en confiance dans la voiture, à l’issue d’une journée notamment marquée par deux tête-à-queue que notre compatriote attribuait à des suspensions inadaptées. « Nous n’avons pas eu une bonne journée », concédait le pilote Hyundai. « Je ne suis pas totalement en confiance au volant de la voiture, et nous devons absolument travailler pour mieux l’adapter au parcours. En Grèce, j’étais à l’aise et ça m’a permis de gagner, mais ici comme dans plusieurs autres épreuves, je ne me sens pas assez à l’aise pour attaquer. » Un sentiment que son équipier Tanak ne connaît visiblement pas.

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en Sports moteurs

Voir plus d'articles