Nous avons écouté «Opex», l’album posthume d’Arno

Belgaimage-33170573

Il est toujours difficile de rendre un avis sincère sur un album posthume, a fortiori pour un artiste aussi iconique qu’Arno que tout le monde a toujours trouvé génial de son vivant. Maintenant qu’il est mort, on ne va tout de même pas dire le contraire !

La politesse voudrait donc qu’on trouve cela fantastique, poignant, etc. C’est d’ailleurs ce qu’ont écrit nombre de nos confrères, tous plus élogieux les uns que les autres. Pourtant, cet album posthume, intitulé « Opex », nous a laissé une impression mitigée.

Pour rappel, l’album (10 titres, 34 minutes) a été enregistré quelques semaines avant le décès du chanteur, survenu en avril dernier. Selon nous, deux titres sortent immédiatement du lot, « La vérité » et « Take me back ».

« La vérité » était le premier single, publié en juin dernier : un titre fort et très émouvant.

« Take me back » est tout aussi beau, un morceau vraiment inspiré et qui prend aux tripes.

Mais pour le reste, on a l’impression que ça tourne un peu en rond. « Honnête » est du Arno pur jus. Idem pour « I can’t dance », reprise d’un de ses vieux morceaux du temps de Tjens Couter.

Puis arrive « La Paloma Adieu », avec Mireille Mathieu. Une reprise du tube de 1975 de la chanteuse. Le seul morceau qu’Arno n’a pas entendu avant de passer l’arme à gauche. Un titre pas franchement indispensable, et même un chouïa irritant.

« Mon grand-père » et « One night with you » blessent nos cœurs d’une langueur (très, trop) monotone.

« Boulettes » et son riff rock est un titre sympa, sorte d’hymne la fête super décalé !

Reste deux morceaux, dont un quasiment instrumental, et « Court-circuit dans mon esprit », titre déjà paru en 2019 mais revisité.

Certainement pas un mauvais disque, mais rien d’absolument incroyable non plus...

Notre sélection vidéo