Abonnez-vous pour 1€

Les deux chiens de Cathy embarqués et euthanasiés à Luingne: l’AFSCA réagit

DR/AP
DR/AP

Nous vous parlions dans nos éditions de mercredi du cas de Cathy et de sa famille, qui avaient accueilli Nino et Foxy, deux spitz poméraniens à quelques mois d’intervalle. Venus illégalement d’Ukraine, les deux toutous ont été saisis par l’AFSCA pour être euthanasiés. D’après l’agence, ils présentaient un « danger non négligeable pour la santé humaine et animale ». En cause, la rage. Une maladie que les deux chiens ne semblaient pas présenter.

Le témoignage complet et les explications de Cathy, mercredi : « Nous leur avons apporté la preuve qu’un vétérinaire ukrainien les a vaccinés »

La situation des chiens était délicate – ils venaient d’Ukraine et disposaient d’un passeport russe pour passer la frontière plus facilement – et Cathy s’attendait tout au plus à recevoir une amende. Mais l’ultimatum posé par l’AFSCA était bien plus important : les deux animaux devaient, au frais de sa propriétaire, reprendre le chemin de l’Ukraine ou c’était l’euthanasie. «  J’ai refusé de les renvoyer là-bas car je ne savais même pas s’ils allaient passer la frontière à nouveau. Ils auraient pu être euthanasiés là-bas également…  » nous disait-elle, dévastée. Ils l’ont été ici.

L’AFSCA réagit

À la suite de notre article, l’agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire a tenu à apporter quelques précisions concernant les deux chiens qui présentaient vraisemblablement un risque pour la santé publique. « Nous aimons les bêtes comme tout le monde. La propriétaire a laissé s’appliquer la mesure la plus forte et moralement difficile qui soit : l’euthanasie », se défend l’AFSCA.

«  Nous devons agir de manière rigoureuse et responsable dans de tels cas. Il y a quelques mois, un jeune enfant mourait en France de la rage. Il y a 10 ans, une centaine de personnes en Belgique a dû être traitée suite à un risque réel de rage. La maladie est tellement vicieuse (maladie « dormante »), on ne pourrait pas se pardonner d’avoir laissé le virus se propager en Belgique et voir des Belges mourir (mort atroce…) à cause d’une négligence de notre part. C’est toujours avec un gros poids au cœur que nous prenons cette ultime mesure. »

« Elle est rarement prise dans les cas d’importations illégales. Ici, la propriétaire n’a jamais réagi. » Une mise au point qui confirme le risque zéro pris par l’agence dans ce cas-là.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo

Découvrez l'ensemble de nos concours Diables rouges ! Maillot dédicacé, polos, montres, écharpes, ... - Sudinfo.be