Anvers: un sympathisant nazi condamné pour négationnisme sur son lieu de travail

Photo prétexte
Photo prétexte - Photonews

Il est assez rare qu’une personne soit condamnée sur base de la loi tendant à réprimer la négation, la minimisation, la justification ou l’approbation du génocide commis par le régime national-socialiste allemand pendant la seconde guerre mondiale. Il est apparu que le prévenu était un sympathisant nazi.

Unia a expliqué que l’homme avait tenu des propos négationnistes en présence de ses collègues, dont certains issus de l’immigration, à la cantine de son entreprise, affirmant notamment que le gazage des juifs était « un détail de l’histoire ». Les faits incriminés ont eu lieu en septembre 2016. Un collègue a pu filmer ces déclarations, ce qui a permis de constituer des preuves. À son domicile, les enquêteurs ont alors découvert des objets démontrant ses sympathies pour le nazisme.

« Peu de jugements ont été prononcés sur base de la loi condamnant le négationnisme », a réagi la directrice Centre interfédéral pour l’égalité des chances Unia Els Ketsman. « Mais personne ne doit fermer les yeux. Le respect pour chacun est fondamental. Si cela ne va pas de soi, il y a des lois dans ce pays pour ce faire. C’est pourquoi nous nous étions portés partie civile. »

Notre sélection vidéo