En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsStar AcademyPermis de conduire Accueil Sports Sports moteurs

Rallye de Nouvelle-Zélande: Rovanpera déroule vers le titre, Thierry Neuville 4e

Kalle Rovanpera, qui a fêté son 22e anniversaire ce samedi, n’est plus qu’à 30 km d’un premier titre mondial. Et d’une 8e victoire en WRC, la nuit prochaine en Nouvelle-Zélande.

Après avoir raté le coche à Ypres puis en Grèce, Kalle Rovanpera est sur le point de devenir champion du monde des rallyes, la nuit prochaine en Nouvelle-Zélande, où il mène le rallye avec une avance confortable sur Sébastien Ogier et Ott Tanak. Vingt ans après Marcus Grönholm (2002), le jeune pilote Toyota qui a fêté son 22e anniversaire samedi en Nouvelle-Zélande, va enfin rendre à la Finlande un titre mondial qui lui échappait depuis lors, des œuvres de Petter Solberg (2003) et Ott Tanak (2019), mais surtout des mainmises successives opérées sur la discipline par Sébastien Loeb puis Sébastien Ogier, détenteurs à eux deux de 17 couronnes au fil de ces deux décennies.

Passation de pouvoir

En terminant probablement à la 2e place qu’il occupe à 29 secondes de son jeune équipier, et alors qu’il a 17,4 secondes d’avance sur le 3e, Ott Tanak, Sébastien Ogier s’apprête donc à vivre au plus près une véritable passation de pouvoir. L’octuple champion du monde français, qui s’était éloigné de la discipline cette année pour disputer le Mans, mais masque de moins en moins bien son envie d’y revenir de façon plus constante, saluait déjà comme ses pairs la démonstration de calme et de maîtrise effectuée cette année par Rovanpera. « Il mérite largement son titre », concédait le Français.

La frustration de Tanak

Et il en a été à nouveau ainsi au cours de ce rallye de Nouvelle-Zélande marqué par une météo pourrie, et au gré duquel Kalle Rovanpera a pris le pouvoir en pouvant d’abord compter sur les erreurs de certains de ses adversaires (Breen, puis Evans), ainsi que sur la malchance d’un Ott Tanak, une nouvelle fois parti en boulet de canon, avant d’être à nouveau rattrapé par les errements techniques de son Hyundai. « Que voulez-vous que je vous dise ? Pourquoi toujours tenter de trouver quelque chose de positif par rapport à tout ce qui nous arrive de négatif ? », interrogeait l’Estonien, fatalement plus que dépité depuis un moment, et en particulier depuis l’absence de consignes données par son équipe pour lui permettre de gagner en Grèce aux dépens de Thierry Neuville, pourtant moins bien placé que lui au championnat des pilotes.

Neuville «satisfait»

Thierry Neuville, lui, se montrait presque satisfait de sa 4e place provisoire à l’issue d’une deuxième étape à nouveau marquée par quelques contrariétés techniques (perte de la 3e vitesse lors de la première boucle)… «Après une première boucle ruinée par cela, nous avons eu affaire à une après-midi rendue encore plus difficile par les conditions de route, mais surtout par des Toyota à nouveau supérieures, même Ott a dû finir par se résigner», constatait notre compatriote, rarement en mesure d’aligner le même niveau de performance que son équipier depuis le milieu de cette saison. « Aussi, après une première journée marquée par deux tête-à-queue ainsi qu’une pénalité technique, nous devons nous montrer satisfaits de cette 4e place. »

La nuit prochaine, 4 spéciales (30 km) seront au programme des rescapés qui occupent le haut du classement dans cet ordre : Rovanpera (Toyota), Ogier (Toyota, à 29 sec.), Tanak (Hyundai, à 46,4 sec.), Neuville (Hyundai, à 1.41,4 min.), et Solberg (Hyundai, 3.34,9 min.). Evans et Greensmith (de sortie tous les deux) ne devaient logiquement pas reprendre la course dimanche, au contraire de Breen et Katsuta, fortement retardés par des accidents, eux aussi.

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en Sports moteurs

Voir plus d'articles