«Hot Take: The Depp/Heard Trial»: que vaut le film sur le procès qui a opposé Johnny Depp et son ex-femme, et leur relation super toxique?

Le premier baiser de Johnny et Amber était un baiser de cinéma… et il s’éternisa!
Le premier baiser de Johnny et Amber était un baiser de cinéma… et il s’éternisa! - Tubi

Ça n’a pas raté… et ça n’a pas traîné ! Quatre mois après que Johnny Depp ait gagné son procès en diffamation contre son ex-femme Amber Heard, Guy Nicolucci (« The Daily Show ») a écrit un film – pas un documentaire, mais un film avec de vrais acteurs – reconstituant la confrontation judiciaire des deux stars, qui passionna et divisa des millions de gens pendant des semaines… Le service de streaming américain gratuit Tubi l’a lancé ce vendredi 30 septembre, et devinez quoi ? Il fait un buzz incroyable !

Réalisée par Sarah Lohman (« Secrets in the Woods »), cette dramatisation montre également les origines de la relation entre Johnny et Amber (il y a treize ans sur le tournage de « Rhum Express ») et comment elle se transforma en un enfer rempli d’alcool – et de drogues – beaucoup de drogues. En d’autres termes, sur base de ce que l’un et l’autre dirent sous serment dans leurs dépositions, on les voit dans différents « épisodes », souvent violents, de leur vie conjugale. La jalousie et la possessivité de Johnny ne sont pas planquées sous le tapis, tout comme les réactions épidermiques d’Amber. On sent que Nicolucci a voulu être le plus complet et neutre possible, et proche de la vérité, dans la description des crises et disputes parfois sanglantes de ces deux dépendants affectifs. Cela étant, et contrairement aux jurés qui « donnèrent » la victoire à Johnny, on sent que le film penche un peu en faveur d’Amber.

En toute franchise, quand on apprit l’existence de ce film, on a cru à un truc bâclé juste fait pour battre un fer encore chaud. Clairement, il est super opportuniste et ses responsables espèrent qu’il sera « consommé » par autant de gens que le procès lui-même. Pour l’avoir vu, nous devons admettre qu’il est certes un produit de série B, mais est assez honorable et ne se moque pas de ceux et celles qui brûlent de le voir.

Mais ce téléfilm – si le terme est encore employable – a tout de même deux problèmes. Sans doute parce qu’il a été monté dans l’urgence, il n’a pas réussi à trouver des comédiens qui ressemblent suffisamment à Johnny et Amber. C’est particulièrement le cas pour cette dernière, qu’incarne Megan Davis. On a beau chercher, on ne lui trouve aucun faux airs d’Amber et, pire, elle a l’air plus âgée que celui qui interprète Depp : Mark Hapka. Ce dernier, qui sévit dans le soap opera « Des jours et des vies » de 2007 à 2011, a 40 ans, soit dix-neuf de moins que Depp. Et le look qu’il arbore – les lunettes, la tignasse, la barbe, les chapeaux – ne font pas toujours illusion. En revanche, sa voix est proche de celle du « Pirate des Caraïbes », lequel sortirait pour l’instant avec Joelle Rich, avocate de son précédent procès, londonien, contre Amber.

Dans « Hot Take », son avocate, Camille Vasquez, est campée par Melissa Marty, superbe Portoricaine qui présente des émissions aux USA et interprète Michelle Alvarez dans « Station 19 ». Et Elaine Bredehoft, qui défend Amber à l’écran, a les traits de Mary Carrig (« Law & Order : True Crime »).

Nous questionnons enfin l’intérêt d’un film que certains vont trouver redondant, par rapport au véritable procès. Cela étant, une louche supplémentaire de cette juteuse affaire, légèrement plus épicée que la réalité, risque encore d’attirer du monde. Quand on aime, on ne compte pas… Et quand ils s’aimaient, Johnny et Amber ne comptaient pas les coups…