En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil Sports

Le docteur Deila a encore du pain sur la planche au Standard

Retombé dans ses travers, le Standard a mordu la poussière contre une équipe de Seraing bien organisée et chirurgicale vendredi soir à Sclessin (0-2). Une piqûre de rappel pour un patient liégeois loin d’être totalement rétabli…

Toujours aussi versatile, le public présent à Sclessin a balancé quelques huées lorsque Morgan Poaty a doublé l’avance des Métallos dans un derby liégeois remporté pour la seconde fois de rang par le petit frère (0-2). Celui qui avait bien préparé son affrontement sur la pelouse de l’une des équipes en forme. « Ils étaient dans une excellente dynamique mais nous avions pris le temps de les analyser pour savoir comment leur faire mal », souffle un Sami Lahssaini tout sourire. « Ce succès est mérité et nous allons le savourer comme il se doit. Maintenant, je souhaite le meilleur au Standard pour la suite de sa saison ».

Un championnat qui risque d’encore connaître des hauts et des bas pour une équipe rouge et blanche pas encore totalement rétablie des maux vécus dans un passé récent. Balayer le Club de Bruges est une chose, réussir à confirmer face à un adversaire moins excitant en est une autre. Si la mentalité n’est plus à remettre en question en bord de Meuse, c’est une forme de constance qui doit encore s’inviter dans le vestiaire de Ronny Deila. Lui qui, comme souvent depuis son arrivée, ne se cachait pas derrière de fausses excuses. Conscient que la défaite était méritée, il affichait un visage bien plus fermé que d’habitude. Peut-être parce que, à l’instar de tout un stade, il n’a pas vu arriver ce manque de percussion et d’intentions de la part de ses troupes. Celles qui n’ont jamais vraiment inquiété un Guillaume Dietsch auteur de sa première clean-sheet depuis l’ouverture de la compétition. Avec pourtant dix-huit buts concédés en neuf rencontres, soit une moyenne de deux par match, la défense sérésienne a évolué dans un fauteuil surprenant, comme si l’opposition se voyait plus belle que ce qu’elle n’est réellement. Comme si, aussi, le panache apparu contre le Club de Bruges était resté dans un vestiaire incapable de dynamiter un candidat avéré à la descente.

Un manque de régularité

C’est donc au niveau de la régularité que le Standard doit désormais progresser. Au bord de l’agonie la saison dernière, les Rouches ont cru être rétablis avec les quatre victoires de rang mais c’était sans compter sur la fameuse période de convalescence. Avant de courir, il faut savoir marcher, surtout quand l’incapacité de se mouvoir s’est avérée très longue. « C’est un accident de parcours qui ne doit pas tout remettre en question ». Nicolas Raskin, l’un des seuls éléments à niveau, a raison. Des défaites, les Standardmen en connaîtront encore, tout comme ils se troueront parfois dans des rencontres à leur portée. L’important sera de bien réfléchir aux raisons de ces échecs et surtout, de redresser la tête au plus vite. Et quoi de mieux qu’un derby wallon sur la pelouse de Charleroi pour prouver que les vieux démons retourneront vite dans le placard ? Ce sont les supporters et leur incessant ascenseur émotionnel qui attendent au plus vite la réponse. Sans s’alarmer mais en espérant que le couac de Seraing restera sans suite…

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo Coupe du monde 2022

Aussi en Sport

Voir plus d'articles