En ce momentChangements ce 1r décembreDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Sports

Entre Anderlecht et Charleroi, quel Sporting respirera le mieux?

Duel au sommet et de style entre Anderlecht et le SC Charleroi. Deux formations qui aiment mettre la pression à leur façon, dans le but d’évacuer le stress qui les entoure depuis l’ouverture de saison…

Si Anderlecht s’est offert une bouffée d’oxygène avant la trêve internationale avec un succès probant contre Courtrai, Charleroi reste sur deux revers de rang. Une situation qui n’affole pas Edward Still. « Que tu sois dans une bonne ou une mauvaise période, un match contre Anderlecht redistribue les cartes. Nous allons enchaîner avec la réception du Standard, ce qui renforce le côté savoureux du calendrier. Quand tu peux disputer de telles affiches, tu oublies la forme du moment et tu fonces ».

Non sans réfléchir, ce n’est pas le style de l’entraîneur des Zèbres. Son credo, c’est de mettre la pression sur la défense adverse pour récupérer la balle le plus haut possible ou forcer l’erreur synonyme d’occasion. Une approche identique à celle de Felice Mazzù, avec toutefois moins de regards sur les datas et autres stats de chaque élément présent sur la pelouse. « Nous verrons bien ce qu’il va se passer, même si je m’attends à un match plein de la part des Anderlechtois car ils voudront surfer sur la dynamique offerte contre Courtrai. Ils vont venir nous chercher mais je reste confiant quant à notre capacité à bien gérer les moments clefs du match ».

Koffi absent

Ne pas se laisser griser par les émotions, et surtout conserver le contrôle de ses nerfs, une quête entamée depuis des semaines par des Mauves en manque cruel de régularité. Le classement ne parle pas en leur faveur, ni les prestations, souvent bien en deçà des attentes. « Ce qui se dit à mon sujet ne me touche plus. Je suis concentré sur mon équipe et sur ce que nous pouvons améliorer ». Felice Mazzù ne veut pas perdre le fil de ses idées. Recevoir Charleroi est souvent un obstacle difficile à franchir, car il adore faire déjouer ses opposants. Pour ne pas étouffer dans la toile imaginée par son collègue, le mentor bruxellois va devoir miser sur la rapidité d’exécution et la vitesse de ses offensifs.

Des attaquants qui ne trouveront pas Hervé Koffi sur leur route. Touché par une surcharge de travail, le dernier rempart ne fera pas le déplacement dans la Capitale, laissant sa place à Pierre Patron, déjà présent entre les perches lors du dernier succès de ses couleurs contre Gand le 4 septembre dernier (2-1). Le Français pourrait voir la hiérarchie s’inverser dans les semaines qui viennent tant son équipier burkinabé éprouve les pires difficultés à retrouver le niveau qu’on lui connaît.

Peu importe celui qui se dressera sur leur route, les attaquants mauves et blancs devront offrir un visage bien plus conquérant que d’ordinaire, pour aborder au mieux un calendrier qui s’annonce dantesque dans les semaines qui viennent. Une gestion, une de plus, à mener à bien, pour respirer tant au classement qu’au niveau du jeu. Prendre un bol d’air frais, une aubaine que visera Charleroi avec son flegme habituel. « Nous avons eu des échanges très riches durant la trêve, pour déceler ce qui n’a pas fonctionné », conclut Edward Still. « Nous serons agressifs et nous irons de l’avant à Anderlecht, c’est une évidence ».

Absent de la sélection, Stefan Knezevic souffre toujours du genou, une preuve que l’infiltration n’a pas fonctionné comme souhaité. Des examens sont prévus en début de semaine pour dégager une solution.

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale Coupe du monde 2022

Aussi en Sport

Voir plus d'articles