En ce momentChangements ce 1r décembreDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Actualités Belgique

La crise énergétique fait également des dégâts dans nos écoles: il y a 61 millions d’euros en plus à payer!

Augmentation des prix de l’énergie, des prix de la construction, des prix des fournitures, le Secrétariat de l’enseignement catholique (SeGEC) a fait ses comptes : les écoles de Wallonie et de Bruxelles ont 61 millions d’euros « dans la vue »...

Les calculettes ont chauffé au SeGEC. Anne Methens, la responsable du Service de gestion économique a fait un boulot titanesque : elle a calculé l’évolution générale des prix pour les écoles, en tenant compte de l’inflation moyenne observée entre janvier 2021 et août 2022, en tenant compte des pouvoirs organisateurs qui ont conclu des contrats via une centrale de marchés, de ceux qui ont un contrat fixe ou variable, etc.

de videos

« Nous avons extrapolé cette dynamique inflatoire à l’ensemble des établissements scolaires de la Fédération (un peu moins de 3.000 écoles, NdlR), donc aussi à ceux du réseau officiel », précise Étienne Michel, le directeur général du SeGEC. « Nous l’avons fait sur base d’une hypothèse simplificatrice, c’est donc forcément approximatif. Disons que c’est une estimation faite en toute bonne foi. »

Mais cela donne en tout cas une idée intéressante de la situation : rien que pour les factures énergétiques, l’impact de l’augmentation sur le budget des écoles est de 18 millions dans le fondamental et de 23 dans le secondaire, soit 41 millions que la crise a infligés aux écoles francophones.

Ce n’est pas tout. Une école ne doit pas payer que le chauffage ou l’électricité, elle doit aussi payer les coûts de ses travaux de rénovation, par exemple (main-d’œuvre, matériaux, le prix du béton a été multiplié par deux, etc.). Également les coûts des fournitures (le papier est 54 % plus cher, les produits d’hygiène 12 %, les fournitures scolaires 14 %, etc.) Là, le total de l’impact budgétaire, toujours sur la base de cette extrapolation « de bonne foi » à toutes les écoles, atteint 61 millions d’euros (26 pour le fondamental et 35 pour le secondaire).

>> Nos révélations sur les dégâts de la crise dans nos écoles.

>> Étienne Michel commente ces chiffres inquiétants.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale A ne pas rater Le sondage

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles