En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Régions Verviers Actualité de la région de Verviers

Meurtre à Spa: la victime de Simon Janssens présentait une importante alcoolémie

Cédric Carreel avait consommé une importante quantité d’alcool lorsqu’il a été tué la nuit du 20 mars 2020 à Spa, a indiqué mardi matin un expert en toxicologie devant la cour d’assises de Liège, au procès de Simon Janssens.

La victime de Janssens, Cédric Carreel, présentait une alcoolémie de plus de 3 grammes par litre de sang au moment de son décès.

Les faits reprochés à Simon Janssens s’étaient déroulés à Spa dans le quartier du Vieux-Spa la nuit du 20 mars 2020. Simon Janssens avait fait feu sur Cédric Carreel, qui s’était plaint du bruit de la musique provenant de l’appartement voisin.

Les prélèvements effectués sur le corps de Cédric Carreel ont révélé lors des analyses toxicologiques la présence d’un taux de cannabis équivalent à celui d’un fumeur régulier. Ils ont aussi révélé que Cédric Carreel était sous l’influence d’une consommation significative d’alcool au moment de son décès. Il présentait une alcoolémie mesurée à 3,01 grammes par litre de sang.

Cédric Carreel.
Cédric Carreel. - D.R.

Selon l’expert en toxicologie Corinne Charlier, ces relevés correspondent à un état d’ivresse, voire de stupeur.

Des analyses toxicologiques ont également été effectuées sur Simon Janssens. L’accusé n’était pas sous l’influence de stupéfiants. Mais il présentait les traces de consommation d’alcool, avec une alcoolémie de 0,616 gramme par litre de sang, sur un prélèvement effectué quelques heures après les faits. Des traces de Xanax et de Zyprexa, à des doses thérapeutiques, ont également été retrouvées chez lui.

Simon Janssens.
Simon Janssens. - Belga

L’arme employée par Simon Janssens a été analysée par l’expert en balistique José Serrano. Cette carabine, dite 22LR, est d’un calibre 5,6 mm. C’est une arme monocoup, qui oblige l’utilisateur à recharger chaque munition. Cette arme est soumise à une autorisation.

« Cette arme est absolument létale, même à longue distance. Le tir était direct et volontaire. Il a été effectué à distance », a indiqué l’expert.

Une hémorragie massive qui ne lui a laissé aucune chance

Le médecin légiste Aurélien Partoune a révélé que le décès de Cédric Carreel est intervenu rapidement en raison d’une hémorragie massive « cataclysmique » qui n’a laissé aucune chance de survie.

La balle a pénétré le sternum au niveau de la cage thoracique, a déchiré la crosse de l’aorte, a perforé le poumon droit et a atteint la 7e côte droite. Le tir avait une trajectoire de gauche à droite, de haut en bas et d’avant en arrière.

« Le tireur devait se trouver en haut de l’escalier. Le tir devait nécessairement provenir d’une position plus haute que le sternum, mais il n’est pas possible de déterminer la position exacte du tireur », a précisé l’expert.

Selon le médecin légiste, la victime présentait aussi des ecchymoses sur le visage et les membres qui représentent des traces de coups, de heurts ou de lutte. »

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale A ne pas rater

Aussi en Verviers Actu

Voir plus d'articles