En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsStar AcademyPermis de conduire Accueil Régions Brabant wallon Actualité de la région du Brabant wallon

La Province lance «l’action radon», pour prévenir et mettre en place des solutions

Le Service d’Analyse des Milieux Intérieurs (SAMI) du Brabant wallon lance l’action radon 2022 du 1 er octobre au 31 décembre 2022.

L’objectif de cette campagne est d’informer la population des risques, d’encourager des mesures de dépistage et de mettre en avant des solutions de prévention contre le radon.

Il s’agit d’un gaz radioactif naturellement présent dans les sols et les roches. Il est incolore, inodore et insipide, ce qui le rend impossible à détecter. Or il peut s’infiltrer dans n’importe quel bâtiment (maisons, bureaux, écoles) à partir du sous-sol via les fissures dans les sols et dans les murs, mais aussi via les équipements sanitaires. Une fois inhalé, le radon peut être à l’origine de problèmes de santé. Après le tabac, le radon est la deuxième cause de cancer du poumon en Belgique.

Peu de ménages connaissent le taux de radon dans leur logement. C’est pourquoi l’Agence Fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN), en collaboration avec les provinces wallonnes et les régions bruxelloises et flamande organise chaque année, une campagne d’information et de sensibilisation baptisée « Action Radon ».

En Brabant wallon, suite aux mesures réalisées lors des campagnes de détection précédentes, certaines communes ont été identifiées comme à risque au niveau du radon. Les communes de Court-Saint-Etienne, Genappe, Mont-Saint-Guibert et Villers-la-Ville sont classées au niveau 2 (plus de 5 % des logements mesurés ont une concentration supérieure au niveau de référence de 300 Bq/m3). Les communes de Rebecq, Tubize, Nivelles, Waterloo, Lasne, La Hulpe, Rixensart, Wavre, Ottignies-LLN, Beauvechain, Jodoigne, Perwez et Orp-Jauche sont classées au niveau 1 (1 à 5 % des mesures sont supérieures à 300 Bq/m3).

Le seul moyen fiable de savoir si l’on est exposé au radon est de placer un détecteur dans son habitation. Il s’agit d’un petit tube en plastique qui doit rester pendant trois mois au rez-de-chaussée dans la pièce la plus fréquentée de l’habitation. Ensuite, le détecteur doit être renvoyé pour analyse.

Le réflexe numéro 1 c’est d’aérer son habitation. Une bonne qualité de l’air intérieur du bâtiment est primordiale pour la santé de ses occupants.

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale

Aussi en Brabant wallon Actu

Voir plus d'articles