En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil Régions Charleroi Actualité de la région de Charleroi

La dernière sœur de Parideans quitte Beaumont: «J’ai travaillé au service des enfants avec passion, durant toute ma carrière»

C’est la fin d’une époque : la dernière sœur de Parideans quitte Beaumont pour aller s’installer dans une résidence services à Mons. Retour sur le parcours, plein de dévotion, de sœur Marie-Paule.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne

Je suis déjà abonné, je m'identifie

C’est en 1937 que les premières sœurs, l’ordre des Filles de Marie Paridaens, sont arrivées à Beaumont. Elles ont racheté le château et son parc à l’industriel Ernest-Michel Servais pour s’y installer. Château qui est aujourd’hui, l’Institut Paridaens. Leur mission étant d’assurer l’éducation, la première rentrée s’était organisée dès 1938. Et pendant des années, les sœurs n’ont pas manqué à leur tâche. Pourtant, aujourd’hui, l’ordre quitte définitivement la cité médiévale avec le départ prochain de sœur Marie-Paule, à l’âge de 74 ans.

D’abord en 1966, puis en 2009

Tout commence véritablement à Mons, où elle a appris le métier d’institutrice au Sacré-Cœur. Elle a consacré 38 ans de sa vie à l’éducation de plus jeunes dans ce même établissement. « J’ai été envoyée une première fois à Beaumont, alors que je n’avais que 18 ans, en 1966 », nous raconte-t-elle.

********************** ** ************* ** ** *********** ************ ** ****************** ***** *********** ******** *** ********* ****** * ******* ***** ** ********* ** ***** ******* ** ****** *** ****** ** ***** ********* ******* ****** *** ****** ** ** *** ** ** ************* ********** ** ******* **** *** **** ****** ** ***** ********* ** **** ******** ** ** ******** ** ** **** ********** ** ******** **** ***** ***** ******** *** ****** *********** ***** ********* *** ***** *** ******** ** ******** * *** ********** ** **** ** **** ************

** *** ** ***** ***** *******

** ******* ***** *** ******* ** **** ***** *********** * ******** ***** ******** ************ ****** ****** ************* *** ********** ******** ** ***** **** **** ** ****** **** ***** ****** *** ** ********** ******** ********** ***** **** ***** ********** ***************** ***** ******* ********* *** *** *** ** ********** ** **** ** ***** ******* ** ******* ** ***** *********** * ***** **** *** ** **** ********** **** ************* ** ********** ********* ***** ***** **** ** *** ** ***** **** ******* *** ******* ** ******* ********** *** ******* ******** ************* ********* *** ***** ************ ** * * ** ****** ** ****** ** * * *** ********* ******* *** ****** ****** ** ******** ** ************* ** ***** *** **** ****** ** ** ****** *** ** ****************** ****** ***** ****** ** ****** ******** **** ****** ** ******* **** *** ********* ** **** *** *********** **** ******** ** *** **** ** **** ************* ** ****** **** *** ********** ** **** ********** ****** ** ****************

***** *********** * ********* *** ***** ** ** ******* ******* **** ** ****** ** ** *** *** *********** ** ****** *********** ** ******* **** ********* **** ***** *** *** ** ********* ***** ******** *** ****** ** ***** **********

*************** *** ****** *** *********** ** ******* **** ** ******* ** ***** ************ ******* *** *********** *** ****** *********** ******** ***** ******** ************

******* ***** *** ** ******* *********** * ********* ***** ***** ** ***** ***** **** **********

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Charleroi Actu

Voir plus d'articles