En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Liège Actualité de la région de Liège

Vous êtes tous conviés ce samedi à l’inauguration de l’œuvre colorée de Daniel Buren sur la gare Calatrava de Liège

C’est ce samedi que sera inaugurée l’œuvre colorée de l’artiste français Daniel Buren sur la verrière de la gare Calatrava. Visites guidées, musique, mini-concerts, animations pour enfants…, il y en aura pour tous les goûts entre 10 et 18h.
Vidéo

de videos

Après deux mois de pose minutieuse de centaines de transparents de couleur sur les 10.000 m² de verrière qui surplombe la gare, l’œuvre de Daniel Buren est enfin complète. On avait certes déjà vu apparaître des détails sur des milliers de photos partagées sur les réseaux sociaux, mais aujourd’hui l’œuvre est terminée et va pouvoir être admirée dans son intégralité.

Et pour ce faire, l’initiateur et sponsor principal du projet, Stephan Uhoda, a mis les petits plats dans les grands. Animations, spectacles de rue, mini-concerts… sont au programme ce samedi, de 10 à 18 heures, auxquels vous êtes tous conviés, bien sûr gratuitement. Une petite restauration est aussi prévue sur place.

Bueren détail 1 (2)

« Mais l’essentiel, c’est bien sûr la découverte de l’œuvre de Daniel Buren, poursuit l’homme d’affaires liégeois. Chacun peut évidemment la découvrir à sa guise en se promenant un peu partout. Mais nous avons aussi prévu cinq visites guidées gratuites, organisées par l’ASBL Art & Fact de l’ULiège, auxquelles il faut s’inscrire. »

Histoire de ne pas manquer les différents points de vue importants, mais aussi quelques détails insoupçonnés. Et à 16h30, sur le parvis arrière, aura lieu l’acte inaugural en présence de l’artiste et retransmis sur écran géant.

Sur une simple idée

Bueren détails 2

C’est durant la période covid, en regardant les reflets du soleil passer à travers la casquette de la gare, que Stéphan Uhoda avait eu l’idée d’associer l’artiste plasticien français Daniel Buren, de renommée internationale, à l’œuvre du non-moins célèbre architecte Santiago Calatrava. « J’avais déjà apprécié ses œuvres colorées sur les colonnes du Grand Palais de Paris ou sur la fondation Louis Vuitton, explique-t-il. Nous avons organisé une vidéo-conférence à trois, Calatrava a été séduit par l’idée et l’affaire a été conclue », raconte-t-il.

Daniel Buren est alors venu incognito à Liège pour prendre la mesure de l’ampleur de la gare. « C’est une vraie cathédrale de lumière, s’éblouit-il. Loin de moi l’idée de m’accaparer cette œuvre magistrale, je vais juste l’emprunter durant un an. »

Une gare ouverte

Vue de nuit du Mémorial de Cointe.
Vue de nuit du Mémorial de Cointe. - Jean-Luc Deru

Encore fallait-il aussi obtenir l’accord de la SNCB, ce qui fut finalement assez aisé. « C’est tout bénéfice pour les voyageurs d’arriver ou de partir dans une gare qui bouge, qui vit, souligne Marianne Hiernaux, sa porte-parole. On a déjà connu ici des expositions, des concerts électro, des joggings… Ce sera à coup sûr un plus pour les 100.000 clients qui y passent toutes les semaines ainsi que pour les milliers de voyageurs en transit qui bénéficieront eux aussi par leurs fenêtres de cette lumière colorée. »

de videos

Stéphan Uhoda est passionné d’art contemporain.
Stéphan Uhoda est passionné d’art contemporain. - Jean-Luc Deru

Le reste fut l’affaire de Stephan Uhoda qui prit sur lui le financement de l’opération (600.000 €), heureusement rejoint par quelques sponsors. « Moi et mon frère Georges sommes des passionnés d’art contemporain. Et nous désirons faire partager cet amour avec le grand public. Nous avons déjà une collection qui tourne dans nos bureaux, nous prêtons aussi des œuvres lors d’expositions. Mais ici, c’est un décloisonnement total. La conjonction de ce grand artiste avec ce grand architecte dans ce patrimoine liégeois qu’est la gare, c’est tout simplement magique ! »

Bueren détails 6 (2)

L’œuvre éphémère devrait en effet attirer durant une année de nombreux touristes et passionnés d’art. Et permettre aussi des retombées économiques non-négligeables dans les hôtels et restaurants de la ville.

.

Plus d’infos : www.colorexperience.be

Le jaune et le rouge des casquettes sont les couleurs de Liège

La verrière de la gare Calatrava est sans conteste l’œuvre la plus majestueuse parmi les… 3000 réalisées jusqu’à présent par l’artiste-plasticien français. Certes, ce n’est pas Daniel Buren lui-même, mais deux sociétés locales (Occo Technical de Werbomont et Altura Access de Lierneux) qui ont placé, un à un, les milliers de vinyles de couleur. Mais c’est lui qui en a conçu tout le dessin.

En compagnie des patrons de deux sociétés qui ont placé les vinyles.
En compagnie des patrons de deux sociétés qui ont placé les vinyles. - L.G.

Une certaine logique

Alors, son œuvre répond-elle à une certaine logique ? « Je n’aime pas trop répondre à cette question car je préfère inviter le visiteur à se balader dans tous ses recoins et à la découvrir par lui-même. Mais il est vrai que, lorsque j’utilise plus de deux couleurs, ici en l’occurrence cinq pour la grande verrière, cette voile gigantesque de 300 mètres de long, je les place systématiquement dans l’ordre alphabétique et le sens de lecture du pays où l’œuvre se situe. Ici, c’est bien sûr d’abord le blanc, le bleu, l’orange, le rose et le vert. Mais ce serait différent, et à l’envers par exemple dans les pays arabes. »

Le choix de ces cinq couleurs, c’est votre goût personnel ? « Pas du tout. Elles sont choisies pour l’important contraste qu’elles permettent. Cette gare est en effet déjà remplie de lumière, mais on ne la voit pas parce qu’elle est transparente. Ces couleurs sont là pour souligner et rendre cette lumière plus visible aux yeux de tous. Et c’est pour cela aussi que j’ai laissé des parties transparentes pour qu’on puisse bien voir la différence. »

Et les casquettes ?

Buren casquette

Par contre, pour les deux casquettes avant et arrière de la gare, vous avez utilisé deux autres couleurs. Pourquoi ? « Pour trancher avec la verrière principale. Et là j’ai choisi le rouge et le jaune car il s’agit des couleurs du drapeau de la Province de Liège. En forme de clin d’œil pour tous les Liégeois qui entrent et sortent dans la gare et qui savent ce que c’est, comme d’autres couleurs simplement pour tous les autres. »

Et de son propre aveu, il s’est aussi renseigné pour éviter des couleurs qui feraient pire que bien dans notre région. « Une fois, j’avais sans le savoir utilisé les couleurs du club de foot ennemi de la ville. Cela avait fait polémique et tout le reste de l’œuvre était passé à la trappe. » Il a donc sciemment évité ici le mauve et le blanc. Mais aussi le rouge et le blanc ainsi que le rouge et le bleu…

Durant un an

L’œuvre de Daniel Buren s’étalera sur une année complète avant d’être entièrement enlevée. Une durée qui n’est pas choisie au hasard car les différentes luminosités et hauteurs de soleil selon les quatre saisons permettront de contempler une œuvre sans cesse changeante.

Elle donnera bien sûr le maximum de ses possibilités par jour de grand soleil en été. Et si ce samedi est pluvieux, n’hésitez pas à y revenir un jour ensoleillé. Et quel Liégeois n’y passe pas au moins une fois par an ?

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Liège Actu

Voir plus d'articles