En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Charleroi Actualité de la région de Charleroi

Évadé de la prison de Jamioulx, Orlando Leblond tente de voler une voiture à Gilly: «Je me suis ravisé de moi-même» assure-t-il

À 34 ans, Orlando Leblond vient de passer les 12 dernières années en prison. L’été passé, il avait bénéficié d’une permission de sortie : il en a profité pour s’évader, pour importuner son ex-compagne et pour tenter de voler une voiture à Gilly.

Orlando Leblond, c’est une sorte de « célébrité judiciaire ». Il a déjà été condamné à de nombreuses reprises, notamment à 16 ans de prison par la cour d’appel de Liège en 2012 et à 20 ans de prison par la cour d’assises du Hainaut en 2013. Pour des faits graves qui vont de l’extorsion à l’incendie en passant par la tentative de meurtre et le meurtre. Mais quand on évoque son casier judiciaire aussi fourni que sa barbe, il n’apprécie que très moyennement et il s’énerve : « C’est quoi, ces conneries, c’est n’importe quoi, j’ai jamais été condamné pour ça ». C’est rare qu’un prévenu conteste les mentions de son propre casier judiciaire…

Une soirée « difficile »

Les faits qu’on lui reproche aujourd’hui devant le tribunal sont évidemment bien moins graves. Alors qu’il bénéficie d’une permission de sortie, le 25 août 2022, Leblond ne réintègre pas la prison, il est dès lors considéré comme évadé. Il se rend alors chez son ex- compagne, qui n’a manifestement aucune envie de le voir : « Elle est partie en hystérie, je l’ai

retenue et je lui ai mis la main sur la bouche pour l’empêcher de crier. Puis je suis parti et j’ai marché. Je me suis ensuite rendu chez un gars qui avait un problème avec mon frère, pour discuter. Quand il m’a vu, il a refermé la porte… J’ai décidé de piquer une voiture, j’avais un petit tournevis en poche mais je n’ai pas réussi. Et puis, quelqu’un m’a vu. Et j’ai aussi pensé que ce n’était pas sympa pour le propriétaire. J’ai donc quitté les lieux et j’ai été arrêté un peu plus tard » a – t-il expliqué.

30 mois de prison

Pour le substitut du procureur du Roi Damien Vervaeren, Orlando Leblond est quelqu’un qui ne se remet toujours pas en question : on lui accorde une permission de sortie, il en profite pour aller emmerder des gens qui n’ont aucune envie de le voir et pour essayer de voler une voiture. Il a donc requis une peine de 30 mois de prison. Une peine qui a fait bondir l’avocate de Leblond par sa sévérité. Pour Me Cigna, il faut acquitter Leblond de la tentative de vol

puisqu’il s’est arrêté de lui-même, il s’agit d’une tentative non punissable. Et si le tribunal ne suit pas cet argument, il ne faut pas condamner Leblond à plus de 6 mois de prison. Après

tout, s’il va à fond de peine, il sortira en 2030.

« Mets-moi 10 ans si tu veux »

Mais c’est Orlando Leblond lui-même qui a assuré le show durant l’audience : agressif, arrogant, revendicatif, déplaisant et surtout extrêmement nerveux, il n’a cessé d’interrompre les uns et les autres pour intervenir à tort et à travers. Lorsque le procureur fait remarquer qu’une tentative de vol en récidive peut être sanctionnée de 10 ans de prison, il lance : « Ban, vas-y, mets-moi 10 ans si ça peut t’aider à dormir ». Avant de se lancer dans une diatribe contre la prison : « On purge, on purge… On fume des joints, on prend de la came et après, on vient te parler de réinsertion. On nous laisse à l’abandon dans les prisons, voilà ce qui se passe. C’est un cirque, ce qui se passe ici » explose-t-il.

Le jugement sera rendu le 10 novembre.

«Quand on m’emmerde, je tire»

Orlando Leblond a semé la mort et la désolation sur son passage. Ses victimes sont nombreuses. À l’automne 2011, Orlando Leblond et ses complices ont écumé la région de Thuin, Lobbes et Beaumont. Pas une épicerie ne leur a échappé, pas une librairie, pas une supérette : à chaque fois, ils ont abandonné derrière eux des victimes traumatisées,

marquées pour longtemps.

Mais les faits les plus graves, c’est évidemment le meurtre de Karim Bourzami et la tentative de meurtre sur son ami Florent Caldana, le 10 décembre 2011 à Anderlues. C’est ce qui lui vaudra une peine de 20 ans de prison prononcée par la cour d’assises de Mons.

Ce jour-là, Leblond et son complice braquent les deux employées d’une station service à Anderlues. En quittant les lieux, ils tomberont sur Florent Caldana, le petit ami de l’une d’entre elles, et son copain Karim Bourzami. La confrontation est fulgurante. « Fallait pas m’emmerder. Je n’avais plus mangé depuis 24 heures, je venais de braquer, je voulais rentrer dormir, je me suis senti attaqué et dans ces cas-là, je tire » expliquera Leblond non

sans un certain cynisme. Karim est abattu de trois balles. Pour rien. Son ami Florent Caldana, grièvement blessé, parviendra à s’enfuir.

Des victimes, il y en a bien d’autres. À commencer par Luc Monfort. Cet homme de 46 ans était agent pénitentiaire à la prison de Huy, le jour où Leblond a décidé de s’évader. Pris en otage, le cutter sous la gorge, il sera emmené de Huy jusque Charleroi. Un homme brisé, lui

aussi…

Au moment du procès d’assises, Orlando Leblond était décrit comme un psychopathe par

les experts. Le temps l’a-t-il changé depuis lors ? Son attitude à l’audience permet très

clairement d’en douter…

AN.D.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Charleroi Actu

Voir plus d'articles