Un Bruxellois arrêté en Italie: il aurait escroqué des investisseurs pour 20 millions d’euros!

Le Belge a été arrêté cette semaine dans un hôtel de Casale Monferrato, dans le Piémont en Italie, rapportent plusieurs médias locaux ainsi que La Stampa. Le Costa Rica a émis un mandat d’arrêt international à son encontre pour une escroquerie de 23 millions de dollars.

Au moment de son arrestation, l’homme âgé de 41 ans se trouvait en compagnie de son épouse, ajoute le quotidien La Stampa. Il rendait visite à des membres de sa belle-famille qui habitent la région.

La presse italienne précise qu'il est employé d’une agence immobilière basée en Suisse, qui s’occupe d’opérations au Costa Rica. La justice costaricaine lui reproche d’avoir escroqué des investisseurs pour un montant total de 23 millions de dollars. Il leur proposait des investissements immobiliers qui n’existaient pas.

Mise à jour : il clame son innoncence

Dans nos éditions du 2 juin, nous avons relayé une information parue dans divers journaux italiens, dont la « Stampa ».

Elle faisait état de l’arrestation, le 26 mai dernier en Italie, d’un Bruxellois. Il est accusé par la justice costaricaine d’avoir escroqué des investisseurs pour un montant d’environ 20 millions d’euros.

Nous avons publié la photo du Belge avec un bandeau noir. Dimanche soir, ses conseils ont réagi. Ils tiennent à préciser que leur client a été libéré le lundi 28 mai, soit plus de cinq jours après la parution de l’article. « Il a été libéré sans même avoir été préalablement entendu par les autorités judiciaires italiennes », écrivent Audrey Adam et Jacques Englebert, les conseils du bruxellois. « Il conteste tous les faits qui lui sont reprochés. Il s’agit d’une affaire qui remonte à plusieurs années et pour laquelle des instructions judiciaires sont toujours en cours. Il a toute confiance en la Justice et ne doute pas de l’issue favorable de cette affaire qui interviendra devant les cours et les tribunaux ». Et effectivement, le bruxellois a finalement bénéficié, en sepembre 2019, d'une ordonnance de classement au tribunal de Genève, les préventions n'ayant pas été jugées établies.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo