Jazmine a pratiqué du sexe oral sur son bébé de 5 mois et a diffusé les images en direct: elle vient d’être condamnée

Nathan Osborne et Jazmine Pacyga © DR
Nathan Osborne et Jazmine Pacyga © DR

Jazmine Pacyga, 19 ans au moment des faits, sera de plus inscrite au registre des délinquants sexuels aux États-Unis. La jeune femme était accusée d’avoir pratiqué du sexe oral sur son bébé, un petit garçon de 5 mois, le 5 février 2017. Elle a reconnu les faits, en plus des caresses, pour « lui donner une érection » avait-elle expliqué. Tous les sévices avaient été filmés en direct et envoyé à un homme, Nathan Osborne, 32 ans, qui a déjà été condamné. Ce dernier devra purger 37 ans de prison pour avoir poussé la jeune femme à pratiquer ces sévices sur son enfant et avoir diffusé les images.

Jazmine Pacyga avait déjà été reconnue coupable pour ce dernier chef d’inculpation, à savoir production de matériel pornographique.

Elle a toutefois été acquittée pour les accusations de conduite sexuelle criminelle au premier degré, ce qui lui évite la prison à vie alors qu’elle avait assuré « ne pas avoir pénétré l’enfant ».

Si le juge a qualifié le comportement de la jeune femme de « méprisable », comme le rapporte MLive.com, sa coopération dans l’enquête sur Nathan Osborne lui a permis d’avoir une peine réduite.

L’accusée a déjà passé 15 mois derrière les barreaux en attendant son procès. «  Au cours de cette année, j’ai eu du temps pour réfléchir et j’ai beaucoup grandi », a-t-elle déclaré, alors que son avocate avait assuré que sa cliente avait été victime d’abus sexuels dans sa jeunesse et qu’elle était dépendante à l’héroïne.

«  Je n’ai jamais réalisé que ce que j’ai fait était une erreur terrible et je voudrais pouvoir l’effacer. Je veux transformer ma vie et être une meilleure personne, mais je ne pense pas que la prison me donnera cette opportunité », avait de plus déclaré Jazmine Pacyga lors de son procès.

Les deux adultes avaient été dénoncés à la police par un ami commun, à qui Nathan Osborne avait envoyé des captures d’écran de ces abus.

Notre sélection vidéo