Accueil Mobilité Auto-moto

La Wallonie suspend l’installation des Lidar en raison de «problèmes budgétaires»: «On se pose des questions»

Le SPW a envoyé un courrier à dix zones de police locale de Wallonie pour annoncer qu’elles ne recevraient pas le radar planifié pour la semaine de 21 au 28 novembre.

Vendredi dernier, la zone Brunau (Fleurus, Luttre, Pont-à-Celles et Les-Bons-Villers) a reçu un courrier du Service public de Wallonie. « Le SPW prévenait qu’il était dans l’impossibilité d’honorer la commande du Lidar que nous devions recevoir ce lundi 21 novembre pour une durée d’une semaine à la rue de l’Arsenal à Pont-à-Celles », explique Christian Marit, le chef de la zone Brunau, très étonné par cette livraison suspendue, et un peu inquiet aussi : « Lundi prochain, nous devons avoir un autre Lidar pour une semaine. À ce stade, je n’ai pas encore reçu d’informations quant à son maintien ou non ».

En tout, dix zones de police locale ont subi un désistement cette semaine : Secova (Aywaille), Semois et Lesse (Bertrix, Bouillon), Flowal (Florennes, Walcourt), Ardennes Brabançonnes (Beauvechain, Incourt, Grez-Doiceau), Lesse et Lhomme (Hoyet, Rochefort), Orne-Thyle (Mont-Saint-Guibert, Chastres, etc.), Ouest Brabant wallon (Ittre, Rebecq, Tubize) et Val de l’Escaut (Pecq, Estaimpuis et Celles). Dans son courriel, le SPW se justifie par « des problèmes budgétaires ».

La société SecuRoad qui loue les Lidar à la Région wallonne pour les mettre à disposition des polices locales confirme que ses appareils sont restés au garage cette semaine. « Ce mercredi, je n’ai aucune information du SPW à propos de la semaine prochaine, ni sur les autres semaines d’ici la fin de l’année. On se pose des questions sur ce problème de budget. Chaque semaine, nous installons nos radars dans dix zones », précise Pierre Grisard, responsable de SecuRoad.

de videos

Pas au courant

Contacté par nos soins, le cabinet de la ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue, s’étonne d’une telle situation. Il n’était pas au courant et ne souhaite pas s’exprimer avant d’avoir tout clarifié. En fin d’après-midi, nous avons appris qu’un couac administratif était survenu. Le courrier d’annulation a été envoyé alors qu’une allocation budgétaire avait été pourtant réaffectée quelques jours plus tôt. L’argent était là. Il n’avait donc aucune raison de suspendre les Lidar.

« Ces Lidar sont importants pour nous car ils sont placés dans des endroits sensibles où nous n’avons pas de poteaux fixes. Les premiers jours, il y a toujours beaucoup d’infractions ensuite les conducteurs adaptent leur comportement. L’endroit devient alors calme pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois », commente Christian Marit de la zone Brunau.

À l’origine, la Wallonie louait des Lidar pour sécuriser ses chantiers sur les autoroutes puis elle a étendu le dispositif aux zones de police locale à partir de décembre 2016. À l’époque, la zone de Sambreville-Sombreffe avait été la première à l’utiliser. Très vite, les demandes avaient afflué de partout. À l’origine, le prêt se limitait à quatre semaines par an et par zone. Ce rythme avait été ensuite porté à huit, puis dix semaines. Il est prévu de l’augmenter à douze semaines à partir de 2023.

Yannick Hallet

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo
Nos partenaires vous proposent
A ne pas rater

Aussi en Auto-moto

Voir plus d'articles