En ce momentCoupe du monde 2022Nouveau Ciné-Télé-RevuePermis de conduire Accueil Régions Bruxelles Actualité de la région de Bruxelles

Réforme des règles des maisons de repos à Bruxelles: le secteur associatif privé demandent d’amender le projet

Les maisons de repos du secteur associatif privé de la capitale ont demandé mercredi le report de plusieurs échéances prévues dans le projet d’ordonnance visant à réformer les règles en vigueur pour ce type d’établissement dans la capitale

À Bruxelles, les maisons de repos du secteur associatif privé de l’ASBL Gibbis ont demandé mercredi le report de plusieurs échéances prévues dans le projet d’ordonnance visant à réformer les règles en vigueur pour ce type d’établissement dans la capitale. Elles estiment que des amendements de l’ordonnance en gestation - adoptée en commission parlementaire il y a près d’une semaine - sont indispensables pour assurer leur pérennité.

La Commission de la Santé et de l’Aide aux personnes de l’Assemblée réunie de la Commission communautaire commune a approuvé le projet de modification de l’ordonnance actuellement en vigueur. Le texte prévoit des fermetures de lits dès janvier 2024, ce qui «pourrait avoir des conséquences très négatives pour les maisons de repos et les centres de soins de jour en ASBL», a souligné Gibbis, mercredi dans un communiqué.

L’association, patronale affirme ne pas s’opposer aux principes contenus dans le projet mais demande de «ne pas réduire l’offre de places en centres de soins de jour, car il y a déjà peu de places et ce sont des alternatives aux maisons de repos» et de retarder d’un an le processus de récupération des lits de maisons de repos inoccupés, jusqu’au 1er janvier 2025. Selon GIBBIS, les taux d’occupation dans les maisons de repos en ASBL sont en train de remonter depuis quelques mois. Celles-ci commencent seulement à se remettre de la période Covid.

Autres demandes : immuniser 10% des lits inoccupés (au lieu des 5% prévus) pour tenir compte du turnover important de résidents (décès ou hospitalisations) et des travaux de rafraîchissement ou de réfection des chambres ; et commencer par récupérer au maximum 25% des lits en janvier 2025 (au lieu de 50%) sur décision motivée du Collège réuni après avis du Conseil de Gestion de la Santé et de l’Aide aux Personnes d’Iriscare et tenant compte de critères de qualité.

Les fédérations représentatives des maisons de repos à Bruxelles ont par ailleurs déploré n’avoir pu obtenir d’audition par la commission avant ce vote.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles