En ce momentCoupe du monde 2022Nouveau Ciné-Télé-RevuePermis de conduire Accueil Régions Verviers Actualité de la région de Verviers

Craintes de fermetures de lignes: la fédération verviétoise du PS s’associe aux syndicats cheminots

Alors que les syndicats ne cessent de dire que l’on pourrait fermer des lignes de train, le PS de la région verviétoise s’insurge.

La Fédération PS de Verviers, à travers sa Présidente fédérale (Valérie Dejardin), ses parlementaires (Malik Ben Achour, Chanelle Bonaventure, André Frédéric et Claude Klenkenberg) et ses élus locaux, s’associe aux inquiétudes formulées par la CGSP Cheminots concernant l’abandon de lignes de chemin de fer par la SNCB et INFRABEL.

« À l’heure où la réduction des émissions de CO2 doit être une priorité et où la crise énergétique frappe, ces informations nous alarment. Plutôt que de détricoter notre réseau par manque de moyens, il nous faut renforcer l’attractivité du rail, notamment en maintenant un maillage le plus fin possible et en augmentant les fréquences de passage », font savoir les socialistes.

En province de Liège, il est question de manque d’investissements, de report d’investissements, voire in fine de fermeture sur un nombre important de lignes, notamment les lignes 37 (Liège-Verviers-Aix), 42 (Liège-Luxembourg), 44 (Pepinster-Spa) et 49 (Welkenraedt-Eupen). Pourtant, ce ne sont pas moins de 3.623 navetteurs qui prennent le train quotidiennement à Verviers-Central, 1.062 à Welkenraedt, 832 à Pepinster ou encore 142 à Theux et 140 à Dolhain.

« Il nous parait absolument impensable de priver ces citoyens d’un accès aisé à un service public de base. Notre Fédération et ses parlementaires s’opposent donc fermement à tout risque de fermeture de lignes : celles-ci sont des outils qui permettent au quotidien à nos concitoyens de se déplacer de façon durable et économique. Il nous faut les préserver d’autant plus en cette période de transition où il est de notre responsabilité d’encourager un report modal massif vers le train ou tout autre moyen de transport faible en émission de gaz à effet de serre. Ces risques de fermeture par manque d’investissements, nous les prenons plus que jamais au sérieux. »

À la fois syndicats et directions ont indiqué que la période 2023-2024 serait une période de disette pour Infrabel et la SNCB. « Nous sommes convaincus qu’il faut entendre cette information et qu’il ne faut pas la nier ou la noyer dans un discours politique sur-optimiste. Il est hors de question de jouer avec le budget du réseau ferré, il faut garantir un financement suffisant à son maintien dans un état optimal. Nous devons prendre nos responsabilités et faire en sorte de le sauvegarder, en ce compris les lignes rurales qui désenclavent et connectent des territoires ruraux aux villes, à l’emploi et aux services publics. Nos députés suivent depuis longtemps cette problématique et se sont régulièrement battus pour éviter toute fermeture de ligne dans l’arrondissement de Verviers. Nous en ferons de même cette fois encore et, d’ores et déjà, des interpellations et des questions ont été formulées au Parlement fédéral et au Parlement régional »

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Verviers Actu

Voir plus d'articles