Accueil Ciné-Télé-Revue Télé

Qui remportera la «Star Academy» 2022? Yanis Marshall nous donne son avis, et dresse le bilan de son aventure: «J’appréhende le prime de la finale…»

J-1 avant de connaître le nom de celui ou celle qui sera désigné vainqueur de la « Star Academy » ! Alors que les élèves ont déjà fait leurs adieux au château de Dammarie-les-Lys, leur professeur de danse fait le point sur la promo 2022.

À l’approche de la grande finale de la Star Ac, vous êtes dans quel état d’esprit ?

C’est la dernière ligne droite pour tout le monde, on est un peu tous fatigués, on s’accroche. J’appréhende ce prime qui, à mon avis, va être super intense. J’ai une petite pression parce qu’il y a pas mal de tableaux, mais on va essayer de faire ça bien. En même temps, je suis aussi content de savoir que dans pas longtemps, je ne vais plus devoir mettre de réveil. Je suis pas du matin ! Quand on me demande si six semaines, c’est pas trop court… moi, je trouve ça très bien ! (Rires.)

de videos

Quel bilan dressez-vous de cette saison ?

Je suis super heureux de mon aventure. J’ai bien fait de faire cette Star Ac ! Mais je pense qu’il va me falloir du temps pour réaliser. Je me sens un peu comme les élèves, en fait. Même si nous, les profs, on rentre chez nous le soir… je ne respire et vis que Star Ac depuis que ça a commencé ! Je ne vois que les élèves et des gens de la prod, donc j’ai l’impression d’être enfermé aussi. J’ai pas encore eu le temps de comprendre ce qui se passe, d’être dans le monde réel. Par contre, je sais déjà que c’est quelque chose qui va me suivre à vie, et j’en suis fier.

Votre objectif en tant que prof à la Star Ac, au début c’était quoi ?

Mon but premier, c’était de rester moi-même, de pas me perdre. J’appréhendais un peu les règles, ou le manque de liberté, mais au final, il n’y en a pas vraiment eu. Chaque prof a eu sûrement des débriefs différents, moi rien. Les gens étaient plutôt satisfaits de mon travail côté prod et côté public, du coup ça n’a pas du tout posé problème que je reste 100 % moi-même. C’était important pour moi. De toute façon, c’était soit on allait m’adorer, soit on allait me détester ! Je suis assez content que ça se passe plutôt bien.

En quoi c’est important, la danse à la Star Ac ?

C’est important parce que c’est ce qui différencie le programme à d’autres, sinon on est sur « The Voice » ! Avec le théâtre, la danse, le chant… on offre de vrais visuels, avec un univers, une direction artistique, des costumes etc. C’est ce qui m’a toujours plu à la Star Ac, c’est pour ça que je regardais l’émission à l’époque. Si c’était qu’une émission de chant, ça ne m’aurait pas plu. Il y a tout ce côté éducation, un peu comme le film ou la série FAME. Dans cette p*tain de génération où les gamins ont 15 millions de choix de téléréalité pourries qui font du mal à leur cerveau et n’éduque en rien, la Star Ac propose autre chose. On a le côté téléréalité, mais on a aussi le côté où on sort un peu plus intelligent, ça fait du bien.

C’est pas un peu frustrant, pour un prof de danse à la Star Ac, d’avoir des élèves qui sont d’abord là pour le chant et qui ne savent pas forcément danser ?

Ils avaient quasiment tous deux pieds gauches, on est d’accord, mais c’est ça qui était fun. On ne m’avait jamais demandé d’en faire des danseurs étoile, ce qui aurait été infaisable. On a relevé le plus de challenge possible, et c’était à chaque fois un plaisir fou pour moi de réaliser ces tableaux avec les élèves. Ils ont tous bien joué le jeu. Après, oui, c’est sûr que j’aurais aimé que Carla et Paola restent deux semaines de plus… parce qu’elles avaient un meilleur niveau en danse, je vais pas mentir.

« J’aurais aimé que Carla et Paola restent deux semaines de plus »

Au début de l’aventure, on vous a découvert en prof un peu strict. Léa disait même que vous étiez « méchant » ! Vous êtes finalement devenu un prof-copain assez sensible…

On a juste découvert à quel point je suis complètement bipolaire. (Rires) En fait, tout dépend de ce que j’ai en face, de l’humeur des gens, et du temps imparti. Si j’ai un tableau à faire en une demi-heure, on va pas rigoler. Si j’ai un peu plus de temps, ce sera plus léger. Et si une chanson me touche, je vais pleurer. J’ai aucun contrôle d’aucune émotion ! Je le savais, mais pas à ce point-là. Je suis officiellement comme une femme enceinte. (Rires.)

Qu’attendez-vous des finalistes ?

On attend qu’ils niquent tout, là ! C’est la finale, merde. (Rires.) Perso, j’attends d’eux qu’ils se battent jusqu’au bout. Il faut qu’ils envoient comme ils n’ont jamais envoyé.

Qui va gagner, selon vous ?

Alors là, je sais pas du tout. Franchement, ils sont très différents, les quatre. Anisha, c’est un talent assez brut. Elle est plus sensible, plus fragile. Elle est aussi un peu dans sa bulle ! Enola, elle sait ce qu’elle veut, elle est très pro. Léa, elle est dingue, complètement folle ! Elle me fait rire, elle oublie les caméras… genre, cinq minutes après avoir posé ses valises au château, elle a oublié qu’elle était filmée. (Rires.) Et Louis, il est charismatique de dingue. Ils ont vraiment chacun un truc différent. En fait, à partir de maintenant, c’est vraiment une question de goût.

A lire aussi

Voir toutes les news