En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Actualités Monde

Guerre en Ukraine: le risque d’une utilisation d’arme de destruction massive est accru, selon l’OIAC

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a accru la menace d’utilisation d’armes de destruction massive, y compris les munitions chimiques, a déclaré lundi le chef de l’organisme mondial de surveillance des armes toxiques.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a accru la menace d’utilisation d’armes de destruction massive, y compris les munitions chimiques, a déclaré lundi le chef de l’organisme mondial de surveillance des armes toxiques.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) continue de suivre de près la situation en Ukraine, a déclaré son chef Fernando Arias lors de la réunion annuelle du régulateur.

« La situation en Ukraine a de nouveau accru la menace réelle posée par les armes de destruction massive, y compris les armes chimiques », a déclaré M. Arias lors de la réunion au siège de l’organisation à La Haye, aux Pays-Bas.

Des tensions exacerbées

« Cela a exacerbé les tensions existantes à un point où l’unité de la communauté internationale sur les défis mondiaux communs liés à la sécurité et à la paix internationales ne peut être présumée », a-t-il ajouté.

Les organismes internationaux de désarmement comme l’OIAC, prix Nobel de la paix en 2013, « sont désormais devenus des lieux de confrontation et de désaccord », a déploré M. Arias.

Des menaces et des allégations concernant l’utilisation possible d’armes nucléaires, chimiques et biologiques ont été échangées depuis le début de la guerre en Ukraine en février, mais sans aucune preuve qu’elles aient été déployées.

Ne jamais utiliser ces armes

M. Arias a rappelé à la Russie et à l’Ukraine qu’elles faisaient partie des 193 pays qui se sont « solennellement et volontairement engagés à ne jamais, en aucune circonstance, développer, produire, acquérir, stocker, transférer ou utiliser des armes chimiques ».

Il a déclaré que l’OIAC « continue de suivre de près cette situation grave et reste en contact avec les représentations permanentes de la Fédération de Russie et de l’Ukraine ».

L’OIAC a fourni à l’Ukraine, à sa demande, une formation pour les premiers intervenants pour les attaques chimiques et pour la détection des fuites chimiques, a déclaré M. Arias.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Monde

Voir plus d'articles