En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Bruxelles Actualité de la région de Bruxelles

Procès des attentats à Bruxelles: les avocats satisfaits que le procès des attentats commence, l’enregistrement pas autorisé

Les avocats des accusés comme des parties civiles se montraient satisfaits à leur arrivée au Justitia, à Haren, pour l’audience de composition du jury populaire dans le cadre du procès devant la cour d’assises des attentats de Bruxelles.

Les différentes équipes d’avocats de la défense se sont entendues pour avoir droit chacun à deux récusations de candidats-jurés.

« Finalement, ça commence ! », a ainsi lancé Jonathan De Taye, avocat de Ali El Haddad Asufi, qualifiant cette journée d’« énième étape », mais d’« étape importante », dans le travail de défense de son client, lui qui était également poursuivi devant la cour d’assises de Paris.

Il se dit par contre satisfait qu’il revienne à un jury populaire le soin de juger les accusés. « Et je serai encore plus content si cela va jusqu’au bout », glisse-t-il.

Qualifiant le tirage au sort des jurés de « vogelpick », Adrien Masset, avocat de parties civiles, espère que l’on aboutira à un jury populaire « attentif » et à même de « supporter cette épreuve ».

« Un procès équitable »

« Les conditions sont enfin réunies pour un procès équitable », a pointé, de son côté, Stanislas Eskenazi, l’avocat de Mohamed Abrini, surnommé « l’homme au chapeau » lors de l’attaque à l’aéroport de Bruxelles. Il faisait ici référence au nouveau box des accusés, dont la construction a nécessité le report du début des débats de près de deux mois.

De nombreux avocats de la défense notaient d’ailleurs que le box en question, dont ils n’ont vu que des photos jusqu’à présent, était un « copier-coller » de celui ayant servi lors du procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. « C’est mieux que ce que nous avions avant », commente Xavier Carette, avocat de Ibrahim Farisi.

« C’est ce qu’il aurait fallu faire dès le début. Le précédent était une aberration et nous avons été ridicules », a fustigé Me De Taye. « Maintenant, il est là et il faut aller de l’avant », a-t-il conclu.

Pas d’enregistrement

La présidente de la cour d’assises de Bruxelles, Laurence Massart, a ouvert le procès des attentats de Bruxelles ce mercredi à 9 heures 45. Après la désignations des interprètes, elle a fait le point sur les prises de vue.

Elle a décidé de ne pas autoriser l’enregistrement du procès, même à des fins historiques. « Je ne dénie pas le caractère peut-être historique de ce procès, mais pour la sérénité des débats et aussi pour que chacun puisse s’exprimer et aussi pour la sécurité des professionnels, il n’y aura pas d’enregistrement ».

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Bruxelles Actu

Voir plus d'articles