En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Actualités Belgique

La cyberattaque de décembre 2021 a coûté 2,25 millions à la Défense: «Il n’est pas envisagé de récupérer les coûts engagés»

L’attaque cybernétique dont le ministère de la Défense a été victime le 16 décembre dernier – et attribuée à des groupes de pirates chinois – a coûté 2,25 millions d’euros au département en coûts directs, a indiqué la ministre Ludivine Dedonder.

Près d’un an plus tard, « tous les systèmes sont à nouveau opérationnels à l’exception des vidéoconférences avec des parties externes via Internet (Skype ou Vidyo) », a précisé Mme Dedonder (PS), en réponse à une question parlementaire écrite du député Michael Freilich (N-VA) citée mercredi par le journal ’La Libre Belgique’

de videos

La Défense a toutefois engagé des dépenses importantes pour réparer les dégâts causés par l’attaque informatique majeure liée à la vulnérabilité du logiciel Apache Log4j dont elle a été victime le 16 décembre et qui a paralysé une partie de ses activités. Son réseau avait été coupé de l’Internet pendant des semaines et le trafic de courriels avec le monde extérieur avait été interrompu.

« Au total, à ce jour, cela a coûté 2,25 millions d’euros à la Défense en coûts directs (matériel, personnel et services) », a détaillé la ministre.

La Défense n’a pas fait appel à des sous-traitants autres que ceux avec lesquels elle travaille déjà pour rétablir ses systèmes. « Aucun contrat n’a été signé avec de nouvelles sociétés, les contrats existants ont été utilisés. Plus précisément, nous avons demandé des services supplémentaires aux sociétés Microsoft, Nippon Telegraph and Telephone Corporation (NTT) et mobco SRL », selon Mme Dedonder.

Des coûts irrécupérables

« Le nombre d’heures effectuées par la Défense jusqu’à la fin du mois d’août est estimé à 12.000. Le nombre d’heures effectuées par les entreprises externes s’est élevé à 3.735 (1.600 pour Microsoft, 1.950 pour NTT et 185 pour mobco) ».

Le SPF Affaires étrangères avait attribué en juillet cette attaque – et celle menée contre le SPF Intérieur – à des pirates informatiques chinois.

Mme Dedonder indique toutefois qu’« il n’est pas envisagé de récupérer les coûts engagés » par la Défense.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles