Accueil Ciné-Télé-Revue Streaming Netflix

«Willow»: le «Seigneur des anneaux» de Disney+ en mode heroic fantasy

Ce mercredi 30 novembre, « Willow », la nouvelle série du géant du streaming, inspirée du film des années 80, débarque avec son univers d’heroic fantasy.

En rachetant Lucasfilm il y a tout juste dix ans, Disney n’héritait pas seulement des droits de la saga « Star Wars », dont la société aux grandes oreilles a déjà exploité tout le potentiel jusqu’à l’os à coups de suites, de préquelles et de séries dérivées, mais également de tout le catalogue des films produits par George Lucas, dont un certain « Willow ». Le long métrage, réalisé en 1988 par Ron Howard (« Cocoon », « Apollo13 »…), avait été un semi-échec au box-office lors de sa sortie en salle, mais avait connu une deuxième vie en vidéo (oui, à l’époque des bonnes vieilles VHS), au point de devenir culte auprès d’une génération.

de videos

Il retraçait l’histoire de Willow, un magicien appartenant au peuple des Nelwyns, des hommes de petite taille, qui va recueillir un bébé, Elora, que la cruelle reine Bavmorda, du peuple des Daikinis, veut tuer car, selon la prophétie, l’enfant est appelée à la détrôner. S’ensuivait tout un récit d’aventures, où Willow croise notamment en chemin Madmartigan (campé par Val Kilmer) et Sorsha, la fille de la méchante reine, qui va devenir son alliée jusqu’à vaincre Bavmorda. Avec un tel récit, et surtout un tel univers fantastique, il y avait évidemment de quoi puiser encore dedans pour imaginer de nouvelles aventures. Ce qui nous vaut l’arrivée de la série « Willow ». « Lorsque Disney+ est arrivé avec ce projet, nous avons réalisé que c’était l’endroit pour faire cela, et ce sans compromettre la portée ou l’immensité de la magie de ce monde », explique Ron Howard.

Willow est donc de retour (même s’il faut attendre la toute fin du premier épisode pour le voir apparaître), prêt à vivre de nouvelles péripéties pour protéger le royaume de menaces naissantes, alors qu’Elora, le bébé du premier film, est désormais une jeune femme dont la vraie identité est restée cachée (mais on vous laisse la surprise de qui il s’agit) et que le fils de Sorsha (qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Val Kilmer jeune) a été enlevé. On le comprend, « Willow » nous plonge à nouveau dans un univers d’heroic fantasy à la Tolkien, qui rappelle forcément « Le Seigneur des anneaux », mais aussi… « Game of Thrones » (sans les scènes de sexe, on vous rassure), avec les luttes de pouvoir et les alliances (la reine Sorsha voulant marier de force sa fille).

« Game of Thrones » sans le sexe

Si la série se veut davantage tout public qu’un « Game of Thrones », on soulignera malgré tout qu’elle peut effrayer les plus jeunes, avec ses créatures monstrueuses, et comporte des scènes de bataille assez violentes, voire sanguinolentes, avec bras arrachés. On est donc partis pour une nouvelle succession d’aventures, à grand renfort d’effets spéciaux, mais qui ne manquent pas d’exploiter aussi la splendeur des paysages naturels du pays de Galles plutôt que de tout miser sur des décors virtuels en images de synthèse. En ça, il est bien dans la continuité du film de 1988, qu’on vous conseille d’ailleurs de revoir (il est disponible aussi sur Disney+) avant d’entamer la vision de la série.

« Willow », disponible sur Disney+.

A lire aussi

Voir toutes les news