En ce momentMiss BelgiqueCorruption au Parlement européen Accueil Sports Football Football étranger Coupe du Monde 2022

La France a déçu face à la Tunisie à la Coupe du monde: «Je n’ai pas négligé le match», martèle Didier Deschamps

Déjà qualifiés, les Bleus ont évolué avec une équipe B…
Vidéo

Malgré neuf changements effectués pour « ménager certains joueurs », Didier Deschamps n’a « pas négligé le match » contre la Tunisie, perdu mercredi (1-0) lors de la troisième journée de la phase de groupes, a assuré le sélectionneur de l’équipe de France.

Lancer autant de nouveaux joueurs n’est-il pas mauvais pour leur confiance ?

Cela leur servira. L’objectif était autre, de par le fait de ménager certains joueurs, qui étaient à risque de par des petits bobos ou une menace de suspension. Marcus Thuram a eu un problème, j’ai dû le changer en début d’après-midi. J’ai bien conscience que le manque de repères nuit à l’expression collective, néanmoins, à tous, ça leur permet de toucher du doigt les exigences du très haut niveau. Face à une Tunisie survoltée, on a été timide, en retard dans les duels, avec des erreurs techniques. L’entrée de joueurs plus expérimentés nous a permis d’avoir plusieurs occasions. Mais on ne peut pas atteindre tous les objectifs. Le premier, le plus important, était d’être qualifié. Je n’ai pas négligé ce match-là mais il devra nous servir dans quatre jours. Les joueurs ne sont pas contents. On est 24. Les 24 ont gagné les deux premiers matches, les 24 ont perdu celui-là. J’aurai besoin des 24 pour le match qui nous attend dans quatre jours. Et certains auront fait le plein d’énergie. Notre adversaire, lui, sera obligé de jouer un 4e match en 12 jours. On a besoin de fraîcheur, on ne peut pas tout avoir. Qu’il faille faire mieux, oui, car on les a laissés nous chatouiller.

Pourquoi avoir fait autant de changements par rapport au troisième match de 2018…

(Il coupe) On n’avait pas de point à aller chercher cette fois pour être sûr d’être premier, donc ce n’était pas du tout la même situation qu’en 2018 (pour France-Danemark, 0-0). Je vous dis ça mais je ne suis pas tendu, je ne m’énerve pas. Je ne vais pas les faire souffler pour les faire souffler. Ce sont des matches de 100 minutes tous les quatre jours, des matches avec beaucoup de dépense d’énergie… Ce sont mes choix, je les assume. En avoir fait d’autres n’aurait pas changé le match que l’on a dans quatre jours. Sans négliger le match, l’objectif était fixé sur le match qui nous attend dimanche. Je sais bien que je ne les mets pas dans les meilleures dispositions… Mais il y avait différents objectifs. Je ne vais pas condamner qui que ce soit.

Que retenez-vous de positif et de vos changements ?

Je retiens (Axel) Disasi pour sa première sélection, Eduardo Camavinga qui a fait de bonnes choses à gauche même si ce n’est pas son poste. Randal Kolo Muani a montré ce qu’il pouvait faire. Je peux prendre un peu de positif sur chacun même s’il y a des performances individuelles un peu en dessous. Ça leur servira à tous. Sur les changements, j’ai fait ce que j’avais prévu, à savoir que Kylian (Mbappé) ait trente minutes pour rester dans le rythme. Il y avait deux changements prévus pour Kingsley Coman et Raphaël Varane. J’avais des choix plus offensifs avec Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé. J’ai fait rentrer Adrien (Rabiot), ce qui n’était pas prévu et m’a empêché de faire entrer Olivier (Giroud) malheureusement.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Coupe du Monde 2022

Voir plus d'articles