Accueil Ciné-Télé-Revue Télé

Mentissa, la Belge de «The Voice»: «Je suis une grande hypersensible»

Alors qu’elle se produira à La Madeleine, à Bruxelles, le 13 avril 2023, Mentissa vient de publier « La vingtaine », un premier album intime porté par le tube « Et Bam ». Confidences d’une artiste à l’avenir prometteur.

Mentissa, votre album se veut très personnel. Cette mise à nu a-t-elle été difficile à assumer ?

Non, elle était surtout nécessaire. C’était pour moi la manière la plus évidente de faire mes premiers pas dans la musique. Il fallait que je me présente telle que je suis. Ce disque, c’est l’accomplissement de plusieurs années de travail. J’ai compris que je n’étais pas qu’une simple chanteuse mais une artiste qui avait des choses à dire. Il était important pour moi d’aborder certains thèmes comme mon anxiété ou mes complexes. Vous savez, j’ai toujours eu l’impression de ne pas rentrer dans les cases. Les grosses cuisses, les gros seins et les fesses rebondies, ça n’a pas toujours été à la mode. Ce sont des traumatismes que j’ai traînés le long de mon adolescence et je commence seulement à m’en défaire.

23 ans, c’est finalement l’âge de l’acceptation ?

Oui, en quelque sorte. Pour moi, la vingtaine est le passage le plus compliqué dans une vie. C’est l’âge où tu commences à devenir un adulte, mais tu as encore un peu le droit de rester un enfant. Il est clair que mon métier m’a fait gagner en maturité. Il faut avoir les épaules assez larges pour parvenir à se faire une place dans le monde de la musique. Je pensais que j’étais une fille très confiante mais j’ai finalement réalisé que j’étais très fragile et vulnérable. Je suis une grande hypersensible.

Avez-vous eu peur que le succès modifie votre personnalité ?

Oui, énormément. J’en ai toujours peu d’ailleurs. C’est très con de croire qu’on ne peut pas attraper la grosse tête. Je veille à garder les pieds sur terre. Parfois, quand je sors de scène, je me force à aller saluer les gens qui m’attendent dehors même si je suis fatiguée. Je n’oublie pas d’où je viens et les galères que j’ai traversées. C’est important de rester humble et généreux avec les gens. C’est grâce à eux si j’en suis là aujourd’hui.

Vianney vous écrit plusieurs morceaux dont « Et Bam », votre premier single, qui a connu un succès fulgurant. Vous attendiez-vous à une telle fidélité de sa part ?

Pendant « The Voice », Vianney a toujours dit qu’il m’appréciait et que j’étais très inspirante mais je pensais que c’était du bla-bla pour les besoins de la télé. Quand il m’a invitée chez lui et présentée à sa famille, j’ai senti qu’on avait franchi un cap. Quand il m’a fait écouter « Et Bam » pour la première fois, j’ai tout de suite été conquise. J’avais même peur de ne pas la chanter aussi bien que lui. En studio, je suis parvenue à me l’approprier et tout s’est fait naturellement. Je tiens énormément à cette chanson. Je ne sais pas vraiment comment expliquer son succès.

Ça vous gêne qu’on vous relie sans cesse à Vianney ?

Un peu, oui. Je suis encore très sensible à ce qu’on peut penser et dire de moi, comme je le chante dans « Le bruit du silence ». Au départ, j’étais flattée qu’on me rattache à Vianney mais les gens ont parfois tendance à snober les interprètes. Sous prétexte que je n’ai pas écrit « Et Bam », certains pensent que je ne mérite pas les bravos. Pour éviter ces malentendus, Vianney m’a même proposé de ne pas être crédité et d’opter pour un pseudo. J’ai refusé mais ça prouve la sincérité de sa démarche.

Vous avez récemment quitté Bruxelles pour vous installer à Paris. Comment avez-vous vécu ce changement de vie ?

Cette transition s’est faite en douceur. Pendant un an, j’ai souvent fait des allers-retours avec ma grosse valise et ça commençait à me peser. J’ai appris à apprivoiser à Paris et je m’y sens très bien aujourd’hui. Je n’oublie pas la Belgique pour autant. Si ma famille me manque, je n’ai qu’à prendre le train pour la retrouver. Je n’ai pas vraiment l’impression d’avoir déménagé dans un autre pays.

Et les amours ?

Je suis en couple depuis 10 mois ! J’ai la chance d’être avec un garçon super. On s’est rencontré bien avant le succès de « Et Bam » et ce tourbillon que je suis en train de vivre. Je suis rassurée car si je l’avais rencontré plus tard, je me serais demandé s’il était là pour les bonnes raisons. Tout s’est fait naturellement et je suis très heureuse à l’heure où je vous parle. Mon compagnon me soutient énormément chaque jour. On a l’impression de se connaître depuis 10 ans. On partage des choses tellement fortes ensemble. Ça a permis de fortifier notre couple plus rapidement.

A lire aussi

Voir toutes les news