En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil Verviers Faits divers

Il massacre le compagnon de son ex au coup de poing américain jusqu’à lui fracturer le crâne à Pepinster: «Quand je les ai vus ensemble, j’ai pété un plomb»

Un homme de 45 ans était poursuivi devant le tribunal correctionnel pour plusieurs actes de violence envers le nouveau compagnon de son ex femme. Il risquait 2 ans de prison, mais la peine prononcée est inférieure.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Eric (45 ans) de Pepinster ne supportait pas le nouveau compagnon de son ex-femme. Une première scène a lieu le 1er mars 2018, il y a donc plus de 4 ans. « J’étais venu chercher des vêtements, il m’a donné un coup de poing sur la tempe, alors je l’ai empoigné pour me défendre, et pris à la gorge, mais je ne l’ai pas frappé » avait-t-il expliqué devant le tribunal correctionnel où il était poursuivi pour ça, en oubliant de dire qu’il avait au préalable défoncé la porte.

Mais il y a plus grave. Le 20 septembre de la même année, il aurait littéralement massacré son rival à l’aide d’un coup de poing américain et porté des coups à son ex. Ces derniers faits, il les réfutait : « Je n’ai jamais violenté une femme » affirmait-il, tout en admettant avoir donné deux trois coups de poing à Olivier, son rival, mais à mains nues. « A la base, je ne suis pas quelqu’un de violent. Mais ce jour là, je suis passé près de chez eux par hasard, et quand je les ai vus ensemble, j’ai pété un plomb. Mais je ne me suis pas acharné sur lui, j’ai même eu peur parce qu’il ne bougeait plus ».

5 fractures à la boite crânienne

Mais ce n’est pas ce que disent un témoin, déclarant qu’il lui a porté des coups alors qu’il était à terre, et surtout l’expertise du médecin légiste le Dr Boxho, qui affirme que les 5 fractures relevées à la boite crânienne n’ont pu l’être qu’avec un objet, en l’occurrence sans doute un coup de poing américain puisque personne ne l’a vu un objet en mains. Ce qu’avait relèvé également le tribunal : « La victime a été en tout cas bien arrangée, avec plus de quatre mois d’incapacité de travail ».

C’est aussi ce qu’avait plaidé Me Paulina Dandenne, partie civile pour Olivier, qui s’était étonnée qu’Eric ait échappé à la prévention de tentative de meurtre. « Il lui a véritablement cassé la gueule, et ses jours ont d’ailleurs été un temps en danger » avait-elle souligné. Pour Mme Lanza, ministère public, il ne se rend pas compte de la gravité de ses actes. Elle avait réclamé 2 ans de prison, avec un sursis possible.

Un sursis, c’est ce que souhaitait son avocat Me Uerlings, qui avait invoqué l’ancienneté des faits, vieux de 4 ans, et le fait qu’il ne s’est plus rien passé depuis lors. Ce qu’Eric avait confirmé : « Je regrette sincèrement ce qui s’est passé. Mon ex a depuis lors refait sa vie avec quelqu’un d’autre, et ça se passe bien avec lui ».

Un souhait que le tribunal a exaucé, puisque la peine prononcée est de 16 mois de prison et 1.600 € d’amende, le tout avec sursis.

Notre sélection vidéo
Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale A ne pas rater

Aussi en Verviers Faits divers

Voir plus d'articles