En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Verviers Actualité de la région de Verviers

«Je vais te trouer»: jalouse et énervée, Béatrice, 50 ans, donne un coup de couteau en plein cœur à son compagnon à Theux

Un peu trop arrosée, une soirée peut (souvent) mal tourner. C’est exactement ce qui s’est passé à Theux. Avec un coup dans l’aile, un couple se met à parler de ses ex jusqu’à ce que madame, énervée par cette discussion, se saisisse d’un couteau.

Une femme de 50 ans de Theux était accusée devant le tribunal correctionnel d’avoir voulu tuer son compagnon, auquel elle a donné un coup de couteau en plein cœur. Mais a-t-elle réellement voulu le tuer ? Non, a estimé le tribunal.

C’est une bien étrange histoire qui a été examinée au tribunal correctionnel de Verviers, en tout cas telle que racontée par Béatrice, une Theutoise de 50 ans, accusée de tentative de meurtre sur son compagnon Jean-Paul. Des faits qui se sont déroulés le 27 avril 2020, lors d’une dispute du couple, quand Béatrice se serait saisie d’un couteau d’une lame en céramique de 20 cm et en aurait frappé son compagnon en plein cœur, ne l’atteignant cependant que légèrement. Mais cela avait suffi à la justice pour qualifier son geste de tentative de meurtre, ce qu’elle contestait. « Après avoir bu quelques apéros, nous nous sommes disputés parce qu’il m’avait trompée, il m’a dit qu’il voulait mourir, alors je lui ai tendu un couteau et c’est lui qui est venu s’appuyer dessus » avait-elle expliqué au tribunal.

Une version qui paraissait bien fantaisiste voire farfelue quand on examine le contexte. D’abord, elle était folle de rage parce que Jean-Paul avait lâché son chien. Ensuite, lorsqu’elle appelle les secours, elle déclare qu’elle vient de mettre un coup de couteau à son homme. Puis elle a eu plusieurs versions de l’incident, en disant d’abord que c’est lui qui l’a menacée avec le couteau, qu’elle a réussi à détourner contre lui, et ensuite qu’elle a saisi le couteau en le tendant vers lui en lui disant « tu peux me tuer si tu veux. ». Et à la police, elle se présente comme l’auteur du coup de couteau.

« Je vais te trouer »

En plus, il y a la première déclaration de Jean Paul lui-même, qui précise qu’elle était ce soir-là très énervée, jalouse et agressive, et qu’elle lui a donné le coup de couteau en criant « je vais te trouer. » Ce qui avait convaincu Mme Lanza, ministère public, qu’à ce moment précis, elle avait bien l’intention de le tuer. Deux des critères pour établir l’intention de tuer sont rencontrés, à savoir la dangerosité de l’arme utilisée et la zone vitale où le coup est porté. Elle réclamait une peine de 2 ans de prison, éventuellement assortie du sursis.

Mais pour la défense, assurée par Me Delbouille, Béatrice n’avait évidemment aucune intention de donner la mort à son compagnon, sinon elle aurait enfoncé beaucoup plus la lame de 20 cm et n’aurait pas appelé les secours. Or, la blessure n’est que minime et superficielle. Il demandait donc la requalification des faits en coups et blessures volontaires, et une peine limitée à une suspension du prononcé.

Un raisonnement que le tribunal a suivi, en disqualifiant les faits en coups et blessures volontaires. Il a cependant condamné Béatrice à une peine de probation autonome, c’est-à-dire à des conditions à suivre, sans autre sanction.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Verviers Actu

Voir plus d'articles