En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Namur Actualité de la région de Namur

Cinq prévenus, dont trois mineurs, devant le tribunal correctionnel pour vente de drogue à Namur: «Du cannabis retrouvé dans son slip»

Jusqu’à un an de prison, voici ce que risquent cinq prévenus qui comparaissaient devant le tribunal correctionnel pour s’expliquer au sujet de préventions de vente de cannabis à Namur.

Le parquet de Namur a requis ce vendredi devant le tribunal correctionnel jusqu’à un an de prison à l’encontre de cinq prévenus qui comparaissaient pour s’expliquer au sujet de préventions de vente de cannabis à Namur.

La période infractionnelle retenue s’étend de juillet 2018 à avril 2019. Cinq prévenus, trois étaient mineurs au moment des faits, auraient vendu du cannabis dans le centre de Namur sous forme d’association de malfaiteurs, selon le parquet.

Le premier prévenu nie tout acte de vente. 71,3 grammes ont été découverts dans son kot lors d’une perquisition. Le second estime pour sa part que la période de vente qui le concerne n’a pas duré huit, mais bien trois mois. Il reconnaît avoir vendu de petites quantités car il avait besoin d’argent. Les policiers ont retrouvé 236 grammes à son domicile. Il nie l’existence d’une association de malfaiteurs.

«Un mineur contrôlé»

Le substitut Seminara explique: «L’affaire a débuté le 1er août 2019. Un mineur né en 2002 a été contrôlé par la police. 10 pacsons de cannabis ont été retrouvés dans son slip. Il a expliqué qu’il était consommateur, d’environ 12 à 25 grammes par jour et qu’il vendait pour des autres, de jeunes majeurs, depuis mi-juin 2019. Il était en fait un des sous-dealers.»

Pour le substitut namurois, au vu de cette hiérarchie, du fait que certains véhiculaient d’autres, la prévention d’association de malfaiteurs est établie. 15 mois de prison sont requis à l’encontre de deux des prévenus, un an l’est pour les deux autres. Le parquet demande la confiscation des sommes relatives au trafic de stupéfiants mais renonce, vu le jeune âge des protagonistes, à requérir des confiscations par équivalent.

Me Mayence requiert la suspension du prononcé de la condamnation pour son client pour la prévention de détention de stupéfiants mais plaide son acquittement pour celle de vente. Une peine de travail et la suspension du prononcé de la condamnation sont plaidées par les conseils de deux autres prévenus.

Jugement le 13 janvier.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Namur Actu

Voir plus d'articles