En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Charleroi Sport local à Charleroi

Athlétisme : le chemin de croix de l’athlète de Charleroi Ismaël Debjani

Son récent cri du coeur en guise d’appel à l’aide sera-t-il entendu alors que son contrat de sportif pro a été réduit de moitié ?
Edito

Dans le sport comme dans d’autres secteurs commercialisés, financiarisés même, tout ou presque est régi par la sacro-sainte loi dite de l’offre et de la demande. Cela explique notamment pourquoi le foot est le sport-roi d’un point de vue médiatique et, partant, publicitaire… Par conséquent, tous les sportifs de haut niveau ne sont pas logés à la même enseigne.

Et puis, il y a des disparités entre pays, voire au sein d’un même pays. D’une part, cela donne par exemple des footballeurs payés à coups de dizaines de millions (et qui n’en ont jamais assez…) et d’autre part des athlètes qui rament pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions tout en essayant de vivre décemment de leur sport.

Le Jumétois Ismaël Debjani fait incontestablement partie de la deuxième catégorie, lui dont les performances belges (double détenteur du record du 1.500 mètres) et mondiales (participations aux Jeux olympiques et aux championnats d’Europe) n’ont pas suffi à voir son contrat à temps plein de sportif pro être prolongé par l’ADEPS.

En rabotant de moitié ledit contrat, cette dernière n’a fait qu’appliquer ses critères sur le mode de « La loi est dure, mais c’est la loi… ». Même s’il s’y attendait et était d’ailleurs sans doute déjà résigné à ce sujet depuis quelque temps, le coup n’en fut pas moins rude pour le sympathique « Isma ».

Son cri du cœur via Facebook - en substance, « J’ai besoin de soutiens financiers, aidez-moi ! -, a suscité une vague d’émotion témoignant, si besoin en était, de la cote de popularité d’un sportif de haut niveau ayant su rester simple malgré ses succès. Cette vague se transformera-t-elle en apport de fonds dont il a tant besoin pour atteindre ses objectifs, à commencer par les J.O. de Paris en 2024 ?

Rien n’est moins sûr, même si je lui souhaite ardemment que ce soit le cas… Ce qui est hélas certain, par contre, c’est que le chemin de croix de notre Carolo pour continuer à croire en ses rêves et surtout à les réaliser reste aussi long que celui qui fut mien lors des quelques fois où il m’a littéralement soufflé en me doublant sur un jogging…

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Charleroi Sport

Voir plus d'articles