En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Centre Actualité de la région du Centre

Épidémie de bronchiolite dans nos hôpitaux: la situation est tendue au CHU Tivoli et à Jolimont

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est en pleine propagation. Certains enfants exigent une hospitalisation. Saturés, les établissements bruxellois ont dû dispatcher plusieurs petits patients. Et dans le Centre, avons-nous assez de lits ?

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne

Je suis déjà abonné, je m'identifie

On parle ici du virus respiratoire syncytial (VRS), très contagieux et hélas courant entre la fin de l’automne et le début du printemps. Il frappe surtout les bébés de quelques mois et les enfants de moins de 2 ans. Il se transmet de la même façon qu’un rhume banal, suite à un éternuement à moins de 2 mètres ou en touchant un objet infecté par une autre personne (jouet, poignée de porte…). Les crèches, les collectivités, les rassemblements familiaux contribuent à la propagation. Dans la plupart des cas, les symptômes se limitent à un écoulement nasal, une toux, de la fatigue et de l’irritabilité. Parfois, la fièvre vient s’en mêler. Mais certains enfants contractent une bronchiolite (infection des minuscules voies respiratoires qui mènent aux poumons). La respiration devient sifflante et parfois très difficile. Certains bébés doivent alors être hospitalisés pour bénéficier d’une assistance respiratoire, de lavages de nez importants et de kiné respiratoire. On a aussi parfois recours - quoi que de moins en moins - à des aérosols. Certains bébés, trop faibles pour prendre le biberon, devront en outre être nourris par sonde gastrique.

Au CHU c’est tendu

Le Dr Valérie Crijns, chef de service adjointe en pédiatrie au CHU Tivoli de La Louvière ne le cache pas : la situation est tendue.

« Actuellement, tous nos lits sont occupés, dont les trois-quarts par de jeunes patients effectivement atteints d’une bronchiolite qui s’est compliquée. Nous disposons de 26 lits déclinés en chambre double. Ce qui nous oblige à isoler certains enfants non porteurs du même virus. En outre, nous ne disposons pas de service d’urgence pédiatrique. Actuellement, notre capacité est tout juste suffisante. Il n’est pas du tout exclu que nous soyons obligés d’orienter nos petits patients vers d’autres hôpitaux car les cas ne vont pas en diminuant. Ce qui est particulier, c’est que nous avons des bébés mais aussi – et plus que d’habitude – des enfants plus âgés ».

** ********* ***** ************** *************** ***** *** ******* ************ ****** ****** ** ****** *** ******* **** ***** ** ******* ** *********** ******* *** ** ***** **** ********* ** ** ******** ********** ** **** **** ******** *** ** ***** ** ** **** **** ********

********** ********** ** ******** ******** ***** *** ** ****** ** ******** ******** ** ****** ** ******** ** ***** *** ************** **** ****** ******* **** ***** ***** ***** ********* ********** ************** ** ********* *********** *** ******** *** ** **** *****************

******** ****** **********

******* ****** ** ****** ** ***** ** *************** ********** ****** ***** ** **** ** ********** *********** ***** ******* ****** ** **** ****** ******* *********** ************ ********** *** *** **** **** ***** ************* ***** *********** *** *** ********* ** ** ******** **** ********** *** ****** **************** ******** ****** ** ****** ************ ** ****** ************ ********** ****** *** ************ *********** *** ***** ****** *** ******** ***** *** **** **** *** ******************** ** ** ******** ****** ********** ***** **** ** ***** ***** ** ********* *** **** ******* **** **** ************ **** ******** **** *** ******* ********* ** *********** ** *** ** ***************

*** ** ******* ** ***

** *** ***** ***** ** ********* ** ** ****** ******** ******** **** ** ******* ** ********** ** ****** **** ******* ************ ********* ** ** **** ** **** ************ **** ******** ******* **** ** ****** ** ********* *** ** ****** ** ******* ** **** ********* **** ** ********* *** ***** ********* *** ****** *************** **** ** ******* **** ********* ** ***** * *** ****** ** ****** **** ** *** **** ** **** ****** *** **** ********* *** ********* ********** **** ** ***** **** ** ******** *************** ******* ********** *** ************ *** ************* *********** ************** **** *** ******* ** *** ************ *** ******* ************ ****** ****** **** ******** **** *** ******** ** ********** ** ************ *********************

** ********* ****** ***** ** ** ******

** *** **** *********** ** ********** *** ********* **** *************** ** **** ****** ****** *** ********* ****** ** ** ****** **** *** ********** ** ***** ** ***** **** ** **** ********* ***** *** ******** ** ******* ** ** *** ******** ** ** ******* ** **** ***** ******* *************** ** ****** ** ** *** **************** ** ****** ********* *** ***** **** *** ********** ************* ***** ** ***** ** ****** **** **** ***** ******** ******* *** *********** ******* *** ********* ***** *** ** ******** **** ***** **** ** **** ** ****** **************

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Centre Actu

Voir plus d'articles