En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Régions Namur Faits divers à Namur

Ivre, elle avait mis un violent coup de poing à une infirmière urgentiste à Namur

Une prévenue risque deux ans de prison pour avoir violemment frappé une infirmière urgentiste au CHU Sainte-Elisabeth de Namur en 2019.

Le parquet de Namur a requis ce lundi devant le tribunal correctionnel une peine de deux ans de prison à l’encontre d’une prévenue, absente à l’audience, devant répondre d’un coup donné à une urgentiste.

Les faits ont eu lieu dans le courant de l’année 2019 au CHU Sainte-Elisabeth de Namur. La prévenue s’était présentée sur base volontaire, ivre, aux urgences car elle souhaitait entamer une cure pour soigner son addiction. Alors qu’elle voulait quitter l’hôpital, elle avait été retenue par les infirmières, qui estimaient qu’elle représentait un danger pour elle et pour autrui. Elle avait alors décoché un violent coup de poing à la tempe droite de la victime, qui a souffert d’une incapacité de travail de plus de quatre mois.

Constituée partie civile, l’infirmière réclame 1.000 euros à titre provisionnel et la réalisation d’une expertise. Elle a en effet été victime d’une commotion et est encore en proie à des céphalées.

Selon le substitut Marganne, la prévenue, absente à l’audience, dit ne se souvenir de rien. Elle n’a pas répondu à la proposition de médiation pénale et ne s’est pas présentée ce lundi au tribunal correctionnel. La peine minimale de deux ans de prison a été requise. Le substitut, vu l’absence d’antécédent de la prévenue, ne s’oppose toutefois pas à un éventuel sursis probatoire incluant une formation et à la violence et un suivi de son problème d’alcool et psychologique. Une amende de 200 euros est également requise.

Le jugement sera rendu le 9 janvier.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Namur Faits divers

Voir plus d'articles