En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Sports Football Football belge Les clubs de Division 1A RSCL - Standard de Liège

Un mois et demi après les incidents survenus à Sclessin, on rejoue le Clasico, ce mardi, à l’Union belge

C’est ce mardi sur le coup de 11 heures que le Conseil disciplinaire de l’Union belge traitera le dossier Standard – Anderlecht, un mois et demi après le dernier Clasico arrêté à la 63e minute de jeu.

Programmée une première fois le 17 novembre, la séance avait été reportée à la demande du Sporting, qui souhaitait avoir un peu plus de temps pour préparer sa défense et déposer ses conclusions. Le Standard, de son côté, n’avait pas opposé d’objection mais avait demandé à ce que l’affaire soit examinée dans un délai de deux semaines. Elle le sera donc ce mardi.

Si le parquet fédéral réclame logiquement un score de forfait (5-0) en faveur du Standard, lequel ne fait aucun doute, Anderlecht risque également une amende de plusieurs milliers d’euros – la Pro League lui a déjà infligé 50 000 euros- mais aussi et surtout un voire plusieurs matches à huis clos à domicile et à l’extérieur (il est question de quatre matchs à huis clos pour les Mauves : deux effectifs et deux avec sursis). Anderlecht, qui sera défendu pour l’occasion par Thibault Dochy, ne contestera certainement pas le forfait ni les sanctions financières mais tentera logiquement d’éviter d’être privé de ses supporters vu les conséquences pécuniaires que cela entraînerait pour le club. Sans parler des frustrations que cela engendrerait sur la majorité de ses fans n’ayant rien à se reprocher.

Le Standard aussi convoqué

Le Standard est lui aussi convoqué ce mardi. Pas à titre de témoin, mais parce qu’il est poursuivi pour deux infractions. Un : l’usage massif d’engins pyrotechniques avant le coup d’envoi de la rencontre, pour lequel le Parquet demande une amende de 10.000 euros, en s’appuyant sur le fait que de très nombreux fumigènes avaient à ce moment-là été craqués par les supporters liégeois et que le Standard a déjà été condamné à plusieurs reprises pour les mêmes faits. Deux : les incidents d’après-match, survenus à l’arrière du stade, au coin des tribunes 1 et 4, lorsque les fans des deux camps, séparés par des grilles et des bâches, s’étaient affrontés à coups de jets de feux de bengale, de bouteilles de bière et d’autres objets qui avaient littéralement volé dans les deux sens. Pour ces incidents, qui figurent dans le rapport du Match Delegate, lequel pointe clairement l’implication des supporters des deux clubs, le parquet de la fédération pourrait requérir un huis clos potentiellement partiel avec sursis, sachant que si on n’en arrivera sans doute pas là, il s’agit là d’une sanction théoriquement possible.

Que ce soit pour Anderlecht ou pour le Standard, aucune décision ne devrait tomber ce mardi dans le dossier étant donné qu’il ne s’agit pas d’une procédure accélérée. Un appel sera possible lorsque le verdict sera rendu, mais uniquement via la Cour belge d’arbitrage pour le sport (CBAS).

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo Coupe du monde 2022

Aussi en Standard de Liège

Voir plus d'articles