En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Actualités Santé

La mise en garde de l’IRM en cette période de grand froid: déjà plus de 60 morts depuis le début de l’année en Belgique, et encore des jeunes victimes ce dimanche!

Une alerte CO est en cours, selon l’IRM. Par étonnant alors que notre pays fait face à sa première offensive hivernale de cette fin d’année 2022.

Fin octobre, les intoxications au monoxyde de carbone (CO) avaient déjà coûté la vie à 60 personnes en Belgique cette année, soit le double du bilan des années passées. « Cela m’inquiète d’autant plus que je crains que la crise énergétique va davantage encore se faire ressentir », déplorait il y a quelques semaines la ministre des Télécommunications et vice-Première ministre Petra De Sutter.

Le directeur général adjoint du centre antipoison, Dominique Vandijck, avançait pour sa part qu’en raison de la flambée des prix du chauffage, les gens n’ouvrent plus les portes et fenêtres lorsque le chauffage est en route. Ils vont en outre essayer de minimiser les coûts en « réduisant leur consommation, utilisant des carburants bon marché, négligeant les entretiens nécessaires et en évitant de remplacer les appareils défectueux ou en les remplaçant par des appareils de seconde main peu sûrs, ce qui accroît le risque d’exposition au CO ».

► Dernier exemple en date, ce dimanche: cinq enfants, dont un bébé d’un an, et deux adultes ont intoxiqués au CO à Boussu.Toute la famille à l’hôpital

Sur son site, l’Institut royal météorologique belge a donc lancé, depuis plusieurs jours, une « Alerte CO ». « Les accidents par monoxyde de carbone surviennent surtout durant la saison de chauffe, entre les mois d’octobre et de mars », rappelle l’IRM. «  La plupart des intoxications surviennent à la maison et sont dues à un appareil de chauffage ou de production d’eau chaude. Les poêles individuels sont plus souvent impliqués que les installations de chauffage central. Les intoxications dans les salles de bain sont en général causées par un chauffe-bain au gaz ».

Soyez donc prudents.

En cas de doute, le numéro à composer est le 070/245.245.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Santé

Voir plus d'articles