En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil Actualités Monde

La crise énergétique entraîne une accélération des énergies renouvelables

La crise énergétique a créé «un élan sans précédent» en faveur du déploiement des énergies renouvelables, dont les capacités mondiales devraient quasiment doubler sur les cinq ans à venir, souligne mardi l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Le monde devrait développer autant de capacités renouvelables ces cinq prochaines années qu’il l’a fait au cours des 20 dernières, selon le rapport 2022 de l’AIE sur les énergies renouvelables.

Solaire et éolien en particulier vont ainsi devenir la première source d’électricité dans le monde d’ici 2025, en détrônant le charbon, les pays cherchant à réduire leur dépendance aux énergies fossiles surtout après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La capacité renouvelable mondiale devrait gagner 2.400 gigawatts (GW) sur la période 2022-2027, soit autant que la capacité électrique actuelle de la Chine, et un tiers de plus que ce qu’envisageaient les experts il y a encore un an, ont calculé les analystes de l’AIE pour ce rapport annuel.

L’Agence, qui conseille les Etats dans leurs politiques énergétiques, relève «la rapidité avec laquelle les gouvernements ont su pousser encore un peu plus les renouvelables».

C’est particulièrement vrai en Europe, qui cherche à remplacer le gaz russe, et où les capacités installées en 2022-27 devraient doubler par rapport à ces cinq années passées.

Ailleurs, la Chine, les Etats-Unis et l’Inde mènent le mouvement, avec des plans et des réformes de marché à l’origine pas forcément attendus aussi vite.

«L’exemple (des renouvelables) montre que la crise énergétique pourrait être un tournant historique vers un système énergétique mondial plus propre et plus sûr», selon le directeur de l’AIE, Faith Birol, qui rappelle aussi qu’une telle «accélération continue est critique si l’on veut garder une possibilité de limiter le réchauffement à 1,5°C» par rapport à la Révolution industrielle.

En termes de technologies, solaire et éolien terrestre forment aujourd’hui les moyens de production électrique les moins coûteuses de toutes, dans la majorité des pays.

Le rapport prévoit un triplement du parc photovoltaïque sur 2022-2027, notamment sur les toits des commerces et des résidences, avec des consommateurs désireux de limiter leurs factures.

L’AIE voit d’ailleurs un début de diversification dans la production de ces équipements, en particulier vers l’Inde et les Etats-Unis.

L’éolien lui devrait doubler en capacité sur la période, aux quatre cinquièmes en terrestre.

Enfin la demande en biocarburants devrait croître de 22%, tirée par les Etats-Unis, le Canada, le Brésil, l’Indonésie et l’Inde, qui ont adopté des mesures de soutien de cette énergie.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Monde

Voir plus d'articles