En ce momentMiss BelgiqueCorruption au Parlement européen Accueil Régions Verviers Faits divers à Verviers

Gaetano Sedici jouait le rôle de grand frère pacificateur dans le quartier: «Il a juste eu le temps de nous regarder avant de s’effondrer»

Les proches de Gaetano Sedici, décédé le 11 mai 2018 après avoir été poignardé à Prés-Javais, l’ont décrit comme un grand frère pacificateur qui apaisait les tensions dans le quartier.

La Cour d’assises de Liège a entendu mardi matin les derniers témoins des faits au procès de Lamine Fofana et des frères Mohamed et Imad M., trois accusés poursuivis dans le cadre des émeutes qui s’étaient déroulées le 11 mai 2018 à Verviers. Les proches de Gaetano Sedici, décédé le jour des faits, l’ont décrit comme un grand frère pacificateur qui apaisait les tensions dans le quartier.

Lamine Fofana (25 ans) est accusé de l’assassinat de Gaetano Sedici et de deux tentatives d’assassinats commises sur Ilyas Addarsi et Sohayb Chouaa. Les frères Mohamed et Imad M. comparaissent aussi comme accusés après avoir commis des faits de coups et de violation de domicile. Gaetano Sedici avait été tué d’un coup de couteau planté dans le cœur.

La compagne de Gaetano Sedici l’a décrit comme un excellent père de famille. Il venait de prendre son repas le soir, lorsqu’il a entendu les bruits de bagarre dans la rue.

« Il a voulu intervenir, car il avait souvent le rôle de pacificateur dans le quartier. C’était un beau quartier, dans lequel il existait une solidarité entre les gens. Ce n’était pas le Bronx, comme on le prétend en jugeant trop facilement ce quartier », a indiqué la compagne de Gaetano Sedici.

Gaetano Sedici a voulu séparer les protagonistes de la bagarre. Il a pris un coup et est revenu devant chez lui. Puis, il a été bousculé et a voulu intervenir à nouveau pour protéger un individu qui se faisait frapper par les frères Mohamed et Imad M. Il a tenté de les convaincre de ne pas frapper sur la tête. Un individu est ensuite arrivé avec deux couteaux en main.

« Puis, Gaetano est revenu devant chez nous en se tenant la poitrine. Il a juste eu le temps de nous regarder avant de s’effondrer », a ajouté sa compagne.

La compagne de Gaetano Sedici désigne Lamine Fofana comme le responsable de sa mort. Elle estime que les frères Mohamed et Imad M. en sont aussi responsables, pour avoir envenimé les événements le jour des faits.

Le propriétaire de l’immeuble devant lequel les faits se sont déroulés a exposé que le locataire du numéro 13 de la rue Marie-Henriette était Ali Fofana. Décrit comme un homme travailleur, gentil et serviable, Ali Fofana hébergeait régulièrement des amis. Mais le propriétaire n’a jamais eu de problème avec son locataire et ses invités. Jamais il n’avait montré de capacités à s’adresser aux jeunes filles de manière lourde ou désagréable.

Mais le jour des faits, Ali Fofana avait demandé à son propriétaire d’héberger son fils ailleurs que dans sa maison. Il semblait craindre un problème après avoir constaté une animation inhabituelle dans la rue. Dans ce quartier animé, Ali Fofana essayait de calmer les tensions mais des jeunes tentaient de rentrer chez lui et malmenaient la porte d’entrée.

Les couteaux retrouvés trois jours après

Le propriétaire de l’immeuble a confirmé que, trois jours après les faits, les couteaux qui ont été employés comme arme ont été retrouvés dans la maison. L’endroit avait pourtant été exploité par le laboratoire de la police. La porte d’entrée de la maison, fracturée, était restée ouverte et les scellés n’avaient pas été placés. Des témoins affirment que la police n’avait pas trouvé ces couteaux.

Le père des frères Mohamed et Imad M. a soutenu devant le jury sa conviction initiale selon laquelle l’incident impliquant sa fille n’était pas à l’origine des faits. Selon lui, cet incident n’avait rien de grave.

« Ce genre de chose ne se fait pas, on ne fait pas signe à une jeune fille mineure. Elle a eu peur et elle pleurait. Nous nous sommes rendus là pour discuter et interpeller calmement la personne à l’origine des propos. Mais nous avons parlé gentiment. Après, des jeunes ont tenté de rentrer de force dans la maison. Mais je ne pense pas que l’origine des bagarres reposait sur ça », a indiqué le témoin.

Notre sélection vidéo
Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo A ne pas rater

Aussi en Verviers Faits divers

Voir plus d'articles