Benjamin Herman radicalisé depuis au moins 2014: ses premiers mentors seraient Nizar Trabelsi et Amor Sliti, deux figures belges de l’islam radical

Benjamin Herman radicalisé depuis au moins 2014: ses premiers mentors seraient Nizar Trabelsi et Amor Sliti, deux figures belges de l’islam radical

Le ministre de la Justice, Koen Geens a expliqué ce lundi face aux députés de la commission Justice du parlement que la radicalisation de Benjamin Herman n’avait jamais été évoquée avant 2017. Selon Geens, son nom n’apparaissait que de manière périphérique dans deux rapports de la Sûreté de l’État qui ont été rédigés en mai et août 2017. Lesquels expliquaient seulement que Benjamin Herman s’était « converti » à l’islam « en 2012 » et qu’un « processus de radicalisation » était alors « peut-être » à suspecter dans son chef.

Au sein du personnel pénitentiaire de base, d’aucuns ont bien cru s’étouffer en entendant ces explications. En effet, le premier rapport dans lequel la radicalisation de Benjamin Herman a été évoquée date de novembre 2014.

> Un autre rapport, émanant également de l’administration pénitentiaire et datant cette fois de 2015, rappelle qu’Herman entretenait déjà des contacts avec Nizar Trabelsi et Amor Sliti du temps où il se trouvait incarcéré à la prison d’Arlon.

Notre sélection vidéo